Décès de l’homme politique et médecin espagnol Ricardo Malumbres Logroño à l’âge de 92 ans

Le palais de la Députation provinciale de Saragosse, en Aragon (photographie : Wikipedia)

L’on apprenait ce dimanche 27 octobre 2019 le décès à Saragosse (Aragon) du médecin et homme politique espagnol Ricardo Malumbres Logroño à l’âge de 92 ans. Né dans la capitale aragonaise le 12 novembre 1926, il est professeur à l’Université de Saragosse de 1960 à 1967, où il enseigne la pathologie générale ainsi que la pathologie et la clinique médicales. En 1971, il intègre les jurys d’entrée dans les hôpitaux d’Aragon.

Membre de la Société espagnole de Cardiologie (Sociedad Española de Cardiología) à partir de 1955, président de l’assemblée régionale aragonaise de la Croix-Rouge espagnole dès 1983, il reçoit de nombreuses distinctions et récompenses dans son domaine tout au long de sa vie. Entré en politique en 1971, il est brièvement président de la Députation provinciale de Saragosse en 1974 puis conseiller municipal et adjoint au maire de la capitale aragonaise à la fin de la dictature franquiste (1939-1975).

Source : https://es.wikipedia.org/wiki/Ricardo_Malumbres_Logroño

Un musée du football ouvrira dans le centre de Madrid en 2020

La rue Espoz-y-Mina, en plein cœur de Madrid (photographie : Wikipedia)

C’est au cours de l’année 2020 qu’ouvrira en plein cœur de Madrid un musée du football baptisé Legends (littéralement, Légendes), promu par l’entrepreneur argentin Marcelo Ordás, qui l’a présenté aux médias espagnols en juin 2019. Le bâtiment choisi se situe sur la célèbre place de la Porte-du-Soleil (Puerta del Sol), au croisement de la rue Saint-Jérôme et de la rue Espoz-y-Mina.

Il s’agira de l’un des plus grands musées du monde consacrés à ce sport avec environ quatre mille pièces exclusives liées au football. Ordás veut ainsi rendre hommage aux joueurs, aux clubs et aux stades mythiques de la discipline, notamment avec un espace baptisé « Olimpo de los dioses » (littéralement, « Olympe des dieux »).

Source : https://www.idealista.com/news/inmobiliario/locales/2019/10/28/778127-asi-es-el-museo-de-futbol-que-aterrizara-en-la-puerta-del-sol-en-2020

Mise au jour d’une ville wisigothique à Orgaz, dans le centre de l’Espagne

Le château des comtes d’Orgaz, dans la province de Tolède, en Castille-La Manche (photographie : Wikipedia)

Située dans la province de Tolède (Castille-La Manche), la commune d’Orgaz, peuplée d’environ 2 600 habitants, a vu une vaste équipe archéologique travailler sur son territoire ces derniers mois afin de mettre au jour une imposante cité wisigothique. Environ 6 000 chercheurs venus du reste de l’Espagne ainsi que du Royaume-Uni et d’Allemagne ont ainsi creusé du côté du hameau d’Arisgotas pendant près de trois ans. Les habitants savent qu’il existe un site historique sur place depuis longtemps mais l’on a longtemps cru qu’il s’agissait d’une « simple » église.

En réalité, c’est tout un complexe urbain qui se cachait sous le sol. Cette ville était entourée de murailles et de tours érigées vers le VIIe siècle de notre ère à 30 kilomètres environ de Tolède, capitale des Wisigoths en péninsule Ibérique. Cet ensemble urbain comprenait des palais, des lieux de culte, des habitations, des canalisations, des zones agricoles et des magasins. C’est l’Espagnol Jorge Morín qui dirige les travaux d’excavation et il n’hésite pas à comparer la cité wisigothique d’Orgaz à celle de Recópolis, construite sur le site de l’actuelle commune de Zorita de los Canes (province de Guadalajara, Castille-La Manche).

Source : https://elpais.com/cultura/2019/10/15/actualidad/1571132594_958206.html

Décès de l’ancien ecclésiastique espagnol Salvador Freixedo, spécialiste du paranormal, à l’âge de 96 ans

L’ancien ecclésiastique espagnol Salvador Freixedo (photographie : La Garita de Herbeira)

L’on apprenait ce vendredi 25 octobre 2019 le décès à l’âge de 96 ans de l’ancien ecclésiastique espagnol Salvador Freixedo, né le 23 avril 1923 à Carballino, dans la province d’Orense (Galice). Né au sein d’une famille profondément religieuse, il entre dans la Compagnie de Jésus à l’âge de seize ans et est ordonné prêtre en 1953. Il quitte les ordres trente ans plus tard.

Spécialiste de philosophie et d’humanités, il publie des ouvrages critiques à l’égard de l’Église catholique et est même expulsé de Cuba et du Venezuela en raison de ses idées. C’est à partir des années 70 qu’il se fait connaître du grand public espagnol avec ses articles et ses ouvrages sur la parapsychologie, le paranormal et l’ufologie. Il publie notamment dans Mundo desconocido (littéralement, Monde inconnu) ou Más allá (littéralement, Au-delà).

Source : http://alfonsodelavega.com/?p=22142

La reine Letizia reçoit un prix pour son engagement féministe

La reine Letizia d’Espagne (photographie : Ángel Díaz, EFE et La Razón)

Ce mardi 26 novembre 2019, la reine Letizia d’Espagne a reçu, au siège du Conseil général du Pouvoir judiciaire (Consejo General del Poder Judicial, CGPJ), rue du marquis-de-la-Ensenada, à Madrid, une distinction reconnaissant son engagement féministe. Ce prix vient couronner tout particulièrement sa lutte pour venir en aide aux femmes victimes de leur conjoint ou ex-conjoint et correspond donc à la catégorie « Personnalité la plus remarquable » (Personalidad más destacada) des prix du CGPJ.

L’Observatoire d’État des Violences faites aux Femmes (Observatorio Estatal de Violencia Sobre la Mujer) a également convié le roi Philippe VI à la remise de cette récompense. C’est au mois de mai 2019 que l’organisme a communiqué à la reine Letizia qu’elle avait été retenue dans cette catégorie en raison de la visibilité médiatique et sociale qu’elle a su donner à cette cause. Il s’agit du premier prix reçu par la reine Letizia depuis qu’elle fait partie de la famille royale espagnole. Auparavant, en tant que journaliste, elle avait déjà été distinguée par le prix Mariano-José-de-Larra.

Source : https://www.larazon.es/lifestyle/20191124/hagahnb25ngrrhpjzs2xcvg27e.html?utm_source=twitter&utm_medium=organic&utm_campaign=lrzn_org_Mo_2_45

Une figure historique du Congrès espagnol des députés prend sa retraite

Paloma Santamaría, huissière historique du Congrès des députés, à Madrid (photographie : EFE, Emilio Naranjo et La Razón)

C’est en 1983 que Paloma Santamaría a fait son entrée au Congrès des députés (chambre basse des Cortes, le Parlement espagnol) en tant qu’huissière et elle y a officié dans son traditionnel uniforme pendant trente-six ans. Il s’agit probablement de l’employée la plus médiatique de l’institution et elle a pris sa retraite le 4 novembre dernier. Elle a ainsi connu cinq présidents du gouvernement : Felipe González (Parti socialiste ouvrier espagnol, 1982-1996), José María Aznar (Parti populaire, 1996-2004), José Luis Rodríguez Zapatero (PSOE, 2004-2011), Mariano Rajoy (PP, 2011-2018) et Pedro Sánchez (PSOE, depuis 2018).

Elle a organisé la veillée funèbre de grandes figures comme Leopoldo Calvo-Sotelo (Union du Centre démocratique, président du gouvernement de 1981 à 1982, mort en 2008), Gabriel Cisneros (PP, décédé en 2007, l’un des « sept pères de la Constitution » de 1978) ou encore Alfredo Pérez Rubalcaba (décédé en 2019, plusieurs fois ministre). Elle était également présente lors de la proclamation en tant que roi que Philippe VI, le 19 juin 2014, et a dû assister à bien des négociations et discussions plus ou moins secrètes.

Source : http://www.larazon.es/espana/paloma-la-ujier-que-mas-sabe-de-los-diputados-dice-adios-al-congreso-IH25448044

Le palmarès de la 64e édition de la SEMINCI de Valladolid

La réalisateur chinois Wang Quan’an, récompensé lors de cette cérémonie cinématographique espagnole (photographie : La Razón)

Du 19 au 26 octobre 2019 se déroulait la 64e édition de la Semaine internationale du Cinéma de Valladolid (Semana Internacional de Cine de Valladolid, SEMINCI), en Castille-et-León, dont le jury était présidé par la cinéaste espagnole Josefina Molina. Sous les auspices de son directeur, Javier Angulo, elle a récompensé cette année avec l’Épi d’Or (Espiga de Oro) le réalisateur chinois Wang Quan’an (né en 1965) pour le film mongol Öndög, qui sera diffusé en Espagne sous le titre El huevo del dinosaurio (littéralement, L’Œuf du dinosaure).

L’action de ce long métrage se déroule dans la steppe de Mongolie et met en scène la rencontre fortuite entre une femme solitaire et un policier inexpérimenté. L’Épi d’Argent (Espiga de Plata), de son côté, a été remise au cinéaste brésilien Karim Aïnouz pour le long métrage La Vie invisible d’Eurídice Gusmão. Les deux principaux acteurs de cette production, Carol Duarte et Fernanda Montenegro, ont également été distingués.

Source : http://www.larazon.es/local/castilla-y-leon/wang-quan-an-se-alza-con-la-espiga-de-oro-con-ondog-KH25448736

L’Espagne remporte sa sixième Coupe Davis

Le jour de tennis espagnol Rafael Nadal lors d’un match en Coupe Davis, en novembre 2019 (photographie : Juanjo Martín, EFE et El País)

La nouvelle formule de la Coupe Davis, qui se déroulait à la Boîte magique (Caja Mágica) de Madrid, a permis à l’Espagne d’obtenir son sixième sacre dans la compétition à domicile. C’est Rafael Nadal qui a formellement apporté la victoire à son pays, contre le Canada, en battant Denis Shapovalov en deux sets, au terme d’un jeu décisif interminable. Quelques heures auparavant, son compatriote Roberto Bautista s’était débarrassé du Canadien Félix Auger-Aliassime.

Outre Nadal et Bautista, Marcel Granollers et Feliciano López faisaient partie de l’équipe nationale espagnole. L’Espagne a d’abord vaincu la Russie puis la Croatie en phase de groupes avant de s’imposer contre l’Argentine en quarts de finale et le Royaume-Uni en demi-finales. Les précédents titres de Coupe Davis remportés par l’Espagne ont été gagnés en 2000, 2004, 2008, 2009 et 2011. Seuls les États-Unis d’Amérique (32 titres), l’Australie (28 titres), la France (10 titres), le Royaume-Uni (10 titres) et la Suède (7 titres) ont fait mieux que notre voisin ibérique.

Source : https://elpais.com/deportes/2019/11/24/actualidad/1574603122_057682.html

Le nettoyage des graffitis illégaux coûte 10 780 euros par jour ouvré à la ville de Madrid

Des graffitis sur les volets métalliques d’un commerce du quartier de Malasaña, à Madrid (photographie : Rafa Albarrán et ABC)

En 2018, le nettoyage de l’ensemble des façades et objets dégradés par des graffitis illégaux à Madrid a coûté à la municipalité de Madrid, aujourd’hui dirigée par José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire), la bagatelle de 2,6 millions d’euros, soit 10 780 euros par jour ouvré. C’est notamment le quartier de l’Université (et plus précisément la zone de Malasaña) qui est très touché par le phénomène et c’est pourquoi la mairie a lancé une campagne de sensibilisation sur place.

Le Conseil municipal de la capitale espagnole réfléchit d’ailleurs à l’heure actuelle à un plan d’action spécifique afin de lutter contre ce fléau. L’association SOS Malasaña dénonce de son côté que près de 200 portes en bois d’une grande valeur historique et artistique sont ainsi souillées par des tags illégaux.

Source : https://www.abc.es/espana/madrid/abci-factura-millonaria-dejan-grafitis-ilegales-madrid-10780-euros-limpieza-201910251751_noticia.html#vca=rrss-inducido&vmc=abc-es&vso=tw&vli=noticia-foto

L’Espagne finit troisième de l’édition 2019 de l’Eurovision Junior

La jeune chanteuse espagnole Melani lors de son passage à l’Eurovision Junior 2019 (photographie : Andrzej Grygiel, EFE et La Razón)

Ce dimanche 24 novembre 2019 avait lieu dans la ville polonaise de Gliwice l’édition 2019 du Concours Eurovision Junior de la Chanson, dont la première cérémonie s’est tenue en 2003 à Copenhague (Danemark). L’Espagne, pays fondateur du festival, y faisait son grand retour après treize ans d’absence, avec la jeune chanteuse Melani García Gaspar (dite « Melani »).

Cette dernière, née le 10 juin 2007 à La Eliana, dans la province de Valence (Communauté de Valence), interprétait l’un des titres favoris des parieurs, Marte (littéralement, Mars). Elle y mettait en valeur toute l’étendue de son talent et de sa voix. Elle est de fait arrivée en troisième position, derrière le pays-hôte et le Kazakhstan.

Source : https://www.larazon.es/television/20191124/yrj773acdbhe3o4kmnyk6kegpm.html