Forte croissance des exportations de vin espagnol vers le Japon

Une bouteille d’albariño, vin blanc espagnol produit en Galice (photographie : El Corte Inglés)

Reconnu au niveau international pour sa qualité, le vin espagnol séduit de plus en plus de marchés étrangers. Les exportations représentent de fait une part croissance du négoce viticole outre-Pyrénées et, ces derniers mois, le Japon a nettement accru ses achats de boissons alcoolisées en provenance de notre voisin ibérique. Selon les données fournies par l’Observatoire espagnol du Marché du Vin, au premier semestre de l’année 2019, les ventes de vin ibérique vers l’Empire du Soleil Levant ont augmenté de 180 % par rapport à la même période de l’année 2018.

C’est la notoriété croissante des produits alimentaires espagnols dans l’archipel nippon qui entraîne en grande partie cet accroissement puisque les restaurants et établissements hôteliers qui proposent à leurs clients des repas typiquement espagnols y sont de plus en plus nombreux. Par ailleurs, plusieurs grands chefs japonais soulignent régulièrement les similitudes qui existent entre les tapas et certains plats du cru.

Source : https://www.elespanol.com/economia/empresas/20190901/espanol-arrasa-japon-crecen-exportaciones-pais-nipon/425458281_0.html

Une nouvelle dissolution du Parlement… et des Espagnols agacés par ces élections anticipées

Le dirigeant de cinq des plus grands partis politiques nationaux espagnols – De gauche à droite : Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol), Pablo Casado (Parti populaire), Albert Rivera (Citoyens), Pablo Iglesias (Podemos) et Santiago Abascal (Vox) – Photographie : El País

Près de cinq mois après les élections générales anticipées du 28 avril 2019, les Cortes Generales (nom du Parlement espagnol) sont officiellement dissoutes par le roi Philippe VI ce lundi 23 septembre et un nouveau scrutin est convoqué pour le 10 novembre prochain. L’incapacité des principaux partis politiques à s’entendre pour former un gouvernement stable est en cause et les Espagnols semblent s’en agacer. Selon une enquête d’opinion élaborée par l’institut 40dB pour le grand quotidien national de centre-gauche El País, près de 68,5 % des Espagnols estiment en effet que le retour aux bureaux de vote est une mauvaise chose.

Ce résultat grimpe jusqu’à 79,1 % chez les électeurs de Podemos, 74,5 % chez ceux du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et 71,3 % chez ceux de Citoyens (C’s). Environ 54 % des citoyens espagnols interrogés estiment que la qualité de la démocratie espagnole s’est dégradée avec le blocage parlementaire et une majorité d’entre eux estime que c’est plus la gauche que la droite qui en est responsable. Ajoutons que 35,7 % des sondés se sentent déçus, 33,9 %, en colère et 22 % inquiets face à l’organisation de ces quatrièmes élections générales en quatre ans (une en 2015, une en 2016 et deux en 2019, donc).

Source : https://elpais.com/politica/2019/09/21/actualidad/1569076948_223425.html

La transition écologique pourrait générer 97 000 emplois en Espagne d’ici à 2030

Une voiture électrique en bord de mer à Barcelone, en Catalogne (photographie : El País)

Selon la firme italienne Enel, qui détient l’entreprise espagnole Endesa, sise à Madrid, la transition énergétique en Espagne pourrait générer entre 73 000 et 97 000 emplois outre-Pyrénées d’ici à 2030. Cet ensemble de mesures visant à lutter contre le changement climatique pourrait également accroître la production industrielle sur place de 7 à 8 milliards d’euros sur la période.

Les résultats de cette étude sont globalement plus modestes que ce que prévoit l’actuelle ministre espagnole de la Transition énergétique, Teresa Ribera (Parti socialiste ouvrier espagnol), dans le cadre du Plan national intégré d’Énergie et de Climat (Plan Nacional Integrado de Energía y Clima). En effet, la responsable politique estime que de 250 000 à 364 000 emplois pourraient être créés outre-Pyrénées d’ici à 2030 dans ce contexte.

Source : https://www.eleconomista.es/empresas-finanzas/noticias/10072319/09/19/Enel-la-transicion-energetica-creara-97000-empleos-en-Espana-hasta-2030.html

Un cabinet d’architectes espagnol est à l’origine du nouveau Musée Bauhaus de Dessau-Roßlau, en Allemagne

Le Musée du Bauhaus, récemment inauguré dans la ville allemande de Dessau-Roßlau, en Saxe-Anhalt (photographie : ABC)

Plus de 800 projets avaient été présentés pour la conception et la réalisation du tout nouveau Musée Bauhaus de Dessau-Roßlau, berceau historique de ce courant architectural situé dans le Land allemand de Saxe-Anhalt. C’est finalement celui porté par le cabinet d’architectes espagnol Addenda Architects, sis à Barcelone (Catalogne), qui a été retenu afin de rendre hommage à ce mouvement qui s’est développé dans l’Est de l’Allemagne de 1926 à 1932.

D’une longueur de 100 mètres pour une largeur de 18 mètres, cet édifice ressemble à une « boîte noire » avec un rez-de-chaussée conçu comme une scène ouverte sur l’extérieur. De son côté, le premier étage est « suspendu » par une série d’escaliers, sans qu’aucune colonne ne vienne soutenir l’ensemble.

Source : https://www.abc.es/cultura/arte/abci-nuevo-museo-bauhaus-dessau-tiene-acento-espanol-201909080204_noticia.html

La Mostra de Venise récompense le cinéma espagnol

L’actrice espagnole Marta Nieto pose avec le prix Horizons de la « Mostra » de Venise (photographie : Reuters, Piroschka van de Wouw et RTVE)

Ce samedi 8 septembre 2019, à l’occasion de la 76e édition du Festival de Cinéma de Venise, en Vénétie (Italie), outre Pedro Almodóvar (qui recevait un prix honorifique pour l’ensemble de sa carrière), plusieurs personnalités du septième art espagnol étaient récompensée.

C’était notamment le cas de l’actrice Marta Nieto, né en 1982 à Murcie (Région de Murcie), qui recevait le prix Horizons (le deuxième plus prestigieux du festival), pour son rôle dans le film Madre (littéralement, Mère), de Rodrigo Sorogoyen.

De son côté, le réalisateur hispano-chilien Théo Court a reçu le prix de la meilleure réalisation dans la même catégorie Horizons (qui s’intéresse aux nouveaux courants cinématographiques) pour sa long métrage Blanco en Blanco (littéralement, Blanc sur Blanc).

Source : http://www.rtve.es/noticias/20190907/marta-nieto-premio-mejor-actriz-seccion-horizontes-mostra/1978823.shtml

Décès du célèbre chanteur espagnol Camilo Sesto à l’âge de 72 ans

Le chanteur espagnol Camilo Sesto (photographie : Cristóbal Manuel et El País)

L’on apprenait ce dimanche 8 septembre 2019 le décès à Pozuelo de Alarcón (Communauté de Madrid) du chanteur espagnol Camilo Blanes Cortés (dit Camilo « Sesto »), des suites d’une insuffisance rénale aiguë, à l’âge de 72 ans. Né le 16 septembre 1946 à Alcoy, dans la province d’Alicante (Communauté de Valence), il avait connu le succès à partir des années 70 avec des chansons et ballades de type pop et rock-and-roll, comme Algo de mí (littéralement, Quelque chose de moi), Vivir así es morir de amor (littéralement, Vivre ainsi, c’est mourir d’amour) ou encore Perdóname (littéralement, Pardonne-moi).

Il avait également triomphé dans le rôle-titre de la comédie musical Jésus-Christ superstar (connu en Espagne sous le nom Jesucristo Superstar). Son dernier album, Camilo sinfónico (littéralement, Camilo symphonique), remonte à 2018. Également compositeur de renom, il avait signé la musique de plusieurs chansons d’autres interprètes espagnols, comme Miguel Bosé ou Ángel Carrasco. Très célèbre en Amérique latine, où il a vendu plusieurs millions de disques, il a écoulé environ 175 millions d’albums au total et a chanté au Madison Square Garden de New York (États-Unis d’Amérique) devant 45 000 personnes.

Source : https://www.elmundo.es/cultura/musica/2019/09/08/5d748e8121efa097098b4570.html

Les difficultés liées au Brexit menaceraient 15 000 emplois directs dans les communes espagnoles autour de Gibraltar

Le Rocher (« Peñón ») de Gibraltar vu depuis la commune de La Línea de la Concepción, dans la province de Cadix, en Andalousie (photographie : Sergio Rodríguez et ABC)

L’idée d’une sortie du Royaume-Uni (Brexit) hors de l’Union européenne (UE) sans accord gagne peu à peu du terrain sous la férule du Premier ministre britannique, Boris Johnson, et inquiète sérieusement les communes espagnoles situées autour de Gibraltar (territoire britannique d’outre-mer). Appartenant à la comarque (sorte d’équivalent du canton français) du Champ de Gibraltar (Campo de Gibraltar), dans la province de Cadix (Andalousie), ces communes sont au nombre de huit : Algésiras, La Línea de la Concepción (à la frontière avec le Rocher), San Roque, Los Barrios, Tarifa, Castellar de la Frontera, Jimena de la Frontera et San Martín del Tesorillo.

Il s’agit d’un ensemble d’environ 270 000 habitants qui résident autour de la zone industrialo-portuaire la plus importante d’Espagne (le port d’Algésiras) mais aussi d’une comarque où les taux de chômage atteint encore 30 % de la population active approximativement. Un peu plus de 15 200 travailleurs font le trajet chaque jour entre Gibraltar et l’Andalousie (dont 9 700 sont espagnols, le reste se partageant entre les Britanniques, les Portugais, les Italiens, les Roumains et les Polonais. Tous craignent donc les conséquences politico-économiques d’un no deal entre Londres et Bruxelles.

Source : https://www.abc.es/espana/abci-debacle-economica-pondria-riesgo-15000-empleos-directos-campo-gibraltar-201909080303_noticia.html

Un retable en sgraffite, trésor d’une église de Peraleda de la Mata

Une représentation de l’apôtre saint Jacques à la bataille de Clavijo (844) au niveau du retable de l’église Saint-Jacques-Apôtre de Peraleda de la Mata, dans la province de Cáceres, en Estrémadure (photographie : Ángel Castaño et ABC)

C’est dans la commune de Peraleda de la Mata, commune de près de 1 400 habitants située dans la province de Cáceres (Estrémadure), que se trouve un incroyable retable en sgraffite (revêtement de façade fait de mortier) au cœur de l’église Saint-Jacques-Apôtre. Ce trésor de l’époque baroque, unique dans toute l’Espagne (et peut-être même en Europe), représente l’apôtre Jacques de Zébédée, saint patron du pays, en train de combattre les musulmans lors de la bataille de Clavijo.

Cet affrontement, qui se déroule en 844 dans l’actuelle commune de Clavijo (La Rioja), oppose les troupes maures au roi des Asturies Ramire Ier (842-850). On doit sans doute cette peinture murale à l’école de l’artiste espagnol José Benito de Churriguera (1665-1725) et elle mesure, selon les actuelles estimations, environ 2,18 mètres de hauteur pour 3,38 mètres de longueur.

Source : https://www.abc.es/cultura/arte/abci-unico-retablo-esgrafiado-espana-ocultaba-peraleda-mata-201908271151_noticia.html

Une pièce de théâtre de Tirso de Molina jamais interprétée est jouée à Madrid

La troupe de théâtre espagnole Ensamble Bufo (photographie : Antonio Castro et Madrid Diario)

C’est dans le cadre du festival théâtral Corral de Cervantes, qui se déroule cet été côte Moyano, à Madrid, qu’a été interprétée la pièce El amor médico (littéralement, L’Amour médecin), œuvre de l’Espagnol Gabriel Téllez, dit « Tirso de Molina » (1579-1648), qui n’avait jamais été jouée en public auparavant.

Elle a été portée sur scène par la troupe espagnole Ensamble Bufo, dirigée par Hugo Nieto. Cette pièce ainsi dépoussiérée a été écrite dans une période comprise entre 1619 et 1626 et a été publiée en 1735 dans l’ouvrage Cuarta parte de las comedias (littéralement, Quatrième partie des comédies).

Source : https://www.madridiario.es/mvc/amp/noticia/471514

La Chine mise de plus en plus sur les ports espagnols

Le « lehendakari » (président régional du Pays basque), Íñigo Urkullu (à gauche), salue le président directeur général (PDG) de l’entreprise Cosco España, le Chinois Sun Kai (photographie : EFE et El Confidencial)

Propriétaire du consortium Noatum Ports, qu’il a racheté en juin 2017 à la compagnie américaine JP Morgan, le groupe chinois Cosco Shippings, géant du transport maritime, a fait des infrastructures portuaires de Valence (Communauté de Valence) un énorme centre international qui a propulsé cette ville au rang de porte d’entrée des marchandises européennes dans le bassin méditerranéen. Mais la filiale ibérique de Cosco, CSP España, jette désormais son dévolu sur un autre port, celui de Bilbao (province de Biscaye, Pays basque).

Il veut en effet en faire un accès majeur pour le commerce mondial au niveau de la corniche cantabrique espagnole, afin de s’appuyer sur un hub à l’Ouest de l’Europe – celui de l’Est se trouvant au Pirée (Grèce). Par ailleurs, l’année dernière, CSP España a annoncé d’importants investissements pour connecter par voie ferroviaire Bilbao et Valence par le biais du port sec de Saragosse (Aragon) et à celui de Coslada (Communauté de Madrid).

Source : https://www.elconfidencial.com/empresas/2019-09-07/cosco-puerto-de-bilbao-china-valencia-beneficios_2214039/