L’archéologue espagnol Elíseo Gil, au cœur de cette polémique, photographié ici en 2006 (photographie : Pradip Phanse et El País)

Le 3 février 2020 débutera à Vitoria (province d’Alava, Pays basque) le procès contre trois archéologues espagnols pour fraude dans la prétendue « découverte » réalisée en 2006 sur le site d’Iruña-Veleia, ensemble situé sur le territoire de la commune d’Iruña de Oca, dans la même province. À l’époque, l’équipe dirigée par Elíseo Gil dévoile aux médias et à a communauté scientifique des pièces en argile prétendument datées du IIIe siècle de notre ère, dont la plus ancienne représentation d’un crucifix dont l’on ait alors la trace.

Les subventions affluent alors depuis les entreprises privées et la députation de la province d’Alava. Pourtant, une fois l’étonnement dissipé, une équipe d’experts examine les pièces prétendument retrouvées et conclut en 2008 qu’il s’agit de faux grossiers. Près de 476 fragments « retrouvés » à Iruña-Veleia ont en réalité été manipulés. En 2009, la députation d’Alava porte plainte contre Elíseo Gil et son équipe, composée d’Óscar Escribano et Rubén Cerdán.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/09/11/actualidad/1568196658_612876.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s