La bulle immobilière espagnole laisse des traces dans le pays avec 460 000 logements à vendre

Un chantier immobilier dans la zone du PAU de Vallecas, à Madrid (photographie : E. Villarino et El Confidencial)

L’année dernière, le parc de logements neufs et inoccupés a diminué de 3,6 % en Espagne, passant à environ 459 000 unités. Il s’agit de l’un des legs les plus visibles de la crise économique de 2008, qui a fait éclater la bulle immobilière outre-Pyrénées et a laissé des milliers d’habitations sans locataire ni propriétaire. Le chiffre a certes baissé de 30 % sur les dix dernières années (soit 189 000 logements en moins environ) mais il témoigne de la violence de l’ajustement économique qu’a connu l’Espagne sur la période.

De fait, notre voisin ibérique digère toujours son stock de logements neufs et continue de panser ses plaies. C’est la Communauté de Valence qui compte le plus d’habitations inoccupées (environ 86 000 unités), devant la Catalogne (73 000 unités) et l’Andalousie (69 000 unités). Les provinces les plus concernées par ce phénomène se trouvent le long de la côte méditerranéenne : Alicante (39 000 logements vides) et Barcelone (38 000), notamment.

Source : https://www.abc.es/economia/abci-460000-viviendas-sin-vender-legado-burbuja-inmobiliaria-201906160145_noticia.html

Décès de l’écrivain et professeur espagnol José Luis Caramés Lage à l’âge de 73 ans

L’écrivain et professeur espagnol José Luis Caramés Lage (photographie : La Voz de Asturias)

C’est ce vendredi 14 juin 2019 que l’on apprenait le décès à Oviedo (Principauté des Asturies) de l’écrivain et professeur espagnol José Luis Caramés Lage à l’âge de 73 ans. Né à Ortigueira, dans la province de La Corogne (Galice) en 1945, il a été professeur de littérature dans plusieurs universités britanniques (Newcastle-upon-Tyne, Sheffield, Cambridge), en Amérique latine (Université nationale Saint-Christophe-de-Huamanga, à Ayacucho, au Pérou ; La Havane, à Cuba) et enfin à Oviedo.

Intervenant régulier dans le journal régional La Voz de Asturias, José Luis Caramés Lage était spécialiste de littérature anglaise et espagnole. Il a publié cinq romans, plusieurs recueils de poèmes et de nombreux articles dans des revues et des monographies. Il a également dirigé des dizaines de thèses de doctorat d’élèves devenus par la suite professeurs dans des universités américaines, allemandes ou scandinaves.

Source : https://www.lavozdeasturias.es/noticia/cultura/2019/06/14/fallece-profesor-escritor-jose-luis-carames-lage/00031560535148467962894.htm

Le pilote automobile espagnol Fernando Alonso remporte les 24 heures du Mans pour la deuxième fois

Le pilote automobile espagnol Fernando Alonso (photographie : Le Mag Auto Sport)

Né à Oviedo (Principauté des Asturies) le 29 juillet 1981, le pilote automobile espagnol Fernando Alonso, qui s’est jadis distingué en Formule Un, a remporté ce samedi 16 juin 2019 pour la deuxième fois les 24 heures du Mans (France), manche du Championnat du Monde d’Endurance 2019, qu’il a emporté par la même occasion. C’est à bord de la Toyota n° 8 qu’il est arrivé en tête, devançant ses rivaux de la Toyota n° 7.

Il a gagné la compétition aux côtés de ses deux coéquipiers, le pilote suisse Sébastien Buemi et le Japonais Kazuki Nakajima. C’est la deuxième année de suite que Fernando Alonso remporte les 24 heures du Mans. Il ne lui manque désormais que les 500 miles d’Indianapolis (États-Unis d’Amérique) pour être détenteur de la Tripe Couronne du sport automobile (qui comporte également le Grand Prix de Formule Un de Monte-Carlo, à Monaco, qu’il a déjà gagné).

Source : https://www.larazon.es/deportes/le-mans-toyota-lidera-y-alonso-es-segundo-KJ23800820

Le nouveau maire de Madrid hérite d’une situation délicate concernant les sans-abri

Un sans-abri passe la nuit sous l’une des arcades de la Plaza Mayor de Madrid (photographie : EFE et El Confidencial)

Élu maire de Madrid ce samedi 15 juin 2019, José Luis Martínez-Almeida (Parti populaire) hérite de son prédécesseur, Manuela Carmena (Más Madrid, liste soutenue par Podemos), une situation délicate concernant le nombre de sans-abri dans la ville, qui augmente, comme partout dans le reste de l’Espagne et de l’Union européenne (UE). Les collectifs de représentants de ces personnes sans domicile fixe ont rencontré les services municipaux à plusieurs reprises au cours des quatre dernières années, sans qu’aucun plan concret ne soit mis sur la table.

À la mi-juin, ils ont même organisé une réunion avec la secrétaire d’État aux Services sociaux, Ana Lima (Parti socialiste ouvrier espagnol), mais la situation est signalée par les organisations non gouvernementales (ONG) depuis 2006. En décembre 2018, selon les estimations officielles, environ 650 personnes dormaient dans la rue dans la capitale espagnole et près de 3 000 avaient du mal à savoir où elles passeraient la nuit. C’est principalement dans l’arrondissement du Centre que se concentrent ces personnes (42 % au total).

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/2019-06-16/personas-sin-techo-ni-hogar-cada-seis-dias-muere-alguna_2073718/

La Catalogne ne peut de nouveau plus financer ses politiques régionales

Le président de la Généralité de Catalogne, Joaquim Torra (à droite), en compagnie de son vice-président, Pere Aragonès (photographie : EFE et El Confidencial)

Une fois de plus, la Généralité de Catalogne est dans une situation économique extrêmement préoccupante car elle gère l’année fiscale 2019 avec un budget qui remonte déjà à 2017 – un fait dont sont coutumiers les dirigeants régionaux. Le constat est tristement simple : il n’y a plus d’argent dans les caisses et la communauté autonome ne pourra lancer aucun nouveau programme ni aucune nouvelle politique à court terme.

Le problème est d’autant plus fort pour le vice-président de la Généralité, Pere Aragonès (Gauche républicaine de Catalogne, ERC), qu’il est en charge de la politique économique de l’autonomie et veut être jugé sur son bilan économique. L’ajustement financier à réaliser se monte au moins à 2,2 milliards d’euros pour cette année car, selon le Plan d’Action de la Généralité, il faudrait mettre en œuvre un nouveau budget de 1,2 milliards d’euros pour de nouveaux programmes.

Source : https://www.elconfidencial.com/espana/cataluna/2019-06-16/prorroga-presupuestaria-generalitat-sin-margen_2072143/

Une nouvelle mission espagnole va être conduite afin de retrouver les disparus de l’Antarctique de 1819

Un portrait anonyme du brigadier espagnol Rosendo Porlier, commandant de l’expédition menée par notre voisin ibérique qui s’est échouée en Antarctique en 1819 (photographie : Musée naval de San Fernando et El País)

En mai 1819, le navire espagnol San Telmo, commandé par le brigadier Rosendo Porlier, quitte les côtes de l’actuel Pérou – un voyage dont le commandant lui-même a le pressentiment qu’il ne reviendra pas. Dispersé par la tempête au niveau du cap Horn, sa flotte échoue dans le Nord de l’Antarctique et les 644 hommes sur place meurent de froid. Entre 1993 et 1995, trois missions scientifiques sont conduites par l’Espagne pour tenter de retrouver le cadavre de ces naufragés – en vain.

Une nouvelle expédition de ce type va être mise sur pied en septembre 2019, pour les 200 ans de cette tragédie. Les trois premières ont été organisées par le département d’archéologie de l’Université de Saragosse (Aragon), sous la direction du professeur Manuel Martín Bueno, qui a notamment pu se fonder sur les notes d’explorateurs anglais qui ont parcouru la zone entre 1819 et 1824. Cette fois-ci, c’est Chema Amo, directeur général de la Fondation polaire espagnole, qui sera en charge du voyage.

Source : https://elpais.com/cultura/2019/06/11/actualidad/1560246108_583867.html

Le creusement de la grotte Fantôme d’Atapuerca débute

L’entrée de la grotte Fantôme (« Cueva Fantasma »), sur le site d’Atapuerca, situé dans la province de Burgos, en Castille-et-León (photographie : La Razón)

Classé au patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO, selon son sigle anglais) depuis 1991, le site archéologique d’Atapuerca – situé sur le territoire de la commune éponyme, dans la province de Burgos (Castille-et-León) – est célèbre auprès du grand public pour des zones comme la Grande Doline (Gran Dolina) ou la Fosse aux Éléphants (Sima de los Elefantes). Mais, en ce mois de juin 2019, c’est un autre lieu qui va intéresser les chercheurs dirigés par le paléanthropologue espagnol José María Bermúdez de Castro.

Il s’agit en effet de la grotte Fantôme (Cueva Fantasma), qui recèle de nombreux outils en pierre, des ossements et de nombreuses autres découvertes captivantes. Les premières fouilles sur place ont même permis de trouver un morceau d’os pariétal d’homme de Neandertal. La datation de ce reste humain n’a pas encore été effectuée mais devrait remonter à une période comprise entre 150 000 et 40 000 ans avant Jésus-Christ. C’est dans les années 60 que la grotte Fantôme a été trouvée par hasard par un groupe de spéléologues.

Source : https://www.larazon.es/cultura/atapuerca-comienza-a-excavar-su-yacimiento-mas-grande-la-cueva-fantasma-OJ23807458

Le gin espagnol connaît un incroyable succès international

Le directeur de la Fédération espagnole des Boissons spiritueuses, Bosco Torremocha (photographie: Reporteros Jerez)

Sur les trois premiers mois de l’année 2019, le gin (ginebra, dans la langue de Cervantes) espagnol a connu une forte croissance de ses ventes à l’international, de l’ordre de 30 % par rapport à la même période de l’année 2018. Cet alcool se situe ainsi nettement au-dessus d’autres exportations de spiritueux espagnols, comme le whisky, la vodka, le rhum ou les diverses liqueurs.

L’année dernière, cet accroissement avait déjà été de l’ordre d’une trentaine de pour cent, selon les données fournies par la Fédération espagnol des Boissons spiritueuses (Federación Española de Bebidas Espirituosas) et son directeur, Bosco Torremocha. Ce sont notamment les gins aromatisés, commercialisés par exemple par la marque Puerto de Indias, qui s’arrachent en Belgique, en France, en Italie, en Guinée équatoriale ou encore en Allemagne.

Source : https://www.elconfidencial.com/economia/2019-06-14/ginebra-rosa-febe-bebidas-espirituosas-alcohol_2068444/

La série espagnole « Presunto culpable » est récompensée en Chine

L’acteur espagnol Miguel Ángel Muñoz lors de la remise de son prix, à la télévision chinoise (photographie : La Razón)

Produite par l’entreprise espagnole Atresmedia et diffusée sur la chaîne de télévision privée Antena 3 en 2018, la série Presunto culpable (littéralement, Présumé coupable) a été récompensée en Chine, à l’occasion de la vingt-cinquième édition du Festival international de Shanghai. Elle a en effet été distinguée par le prix à la meilleure série étrangère, prix qui a déjà récompensé des succès internationaux comme le feuilleton américain Game of Thrones ou l’émission britannique Downton Abbey.

Pour l’occasion, l’un de ses acteurs principaux, Miguel Ángel Muñoz, et l’un de ses créateurs, Javier Holgado, étaient présents afin de recevoir la récompense. Il s’agit d’un nouveau succès pour les séries espagnoles à l’étranger, après celui de productions comme La casa de papel, et plus précisément pour la maison de production Atresmedia. Presunto culpable relate l’histoire de Jon Arístegui, qui revient dans son village natal du Pays basque pour y enquêter sur la disparition de sa fiancée, Anne.

Source : https://www.larazon.es/tv-y-comunicacion/tv-news/presunto-culpable-se-alza-con-el-galardon-a-mejor-serie-extranjera-en-el-festival-internacional-de-shanghai-PO23789521

L’Espagne est le troisième meilleur pays de l’Union européenne concernant la mobilité écologique

Le tramway de Santa Cruz de Ténérife, aux îles Canaries (photographie : Erasmusu)

Selon un rapport élaboré par la Fédération européenne du Transport et de l’Environnement et rendu public ce jeudi 13 juin 2019, l’Espagne est le troisième meilleur pays-membre de l’Union européenne (UE) en matière de mobilité écologique, derrière les Pays-Bas et le Royaume-Uni. De fait, seuls ces trois pays ont obtenu un score supérieur à 50 % dans ce classement. Presque toutes les nations de l’UE manquent « gravement » aux objectifs fixés par les autorités communautaires.

Le Royaume-Uni et l’Espagne ont mis en place des plans visant à interdire les véhicules circulant aux énergies fossiles d’ici à 2040, contre 2030 concernant les Pays-Bas. D’ici à onze ans, notre voisin ibérique espère parvenir à cinq millions de véhicules électriques, que ce soit dans le domaine des voitures de tourisme, des fourgonnettes et camionnettes, des autobus ou des motos.

Source : https://www.20minutos.es/noticia/3669429/0/espana-entre-paises-mejor-situados-de-ue-en-movilidad-sostenible/#xtor=AD-15&xts=467263