Un TGV espagnol aux abords d’une gare (photographie : EFE et El Confidencial)

En ce mois de juin 2019, la magistrate en charge de la chambre numéro 8 du Tribunal de Commerce de Madrid, Marta García Fernández, doit résoudre la vente de la compagnie espagnole d’ingénierie Albatros, fondée par la famille Fuster et anciennement connue sous le nom de Sepsa. C’est la firme indienne Medha qui semble la mieux partie, au détriment du repreneur local, Grupo Digital.

Cette perspective de voir un fleuron de l’ingénierie espagnole passer entre des mains étrangères a mis en alerte plusieurs organismes espagnols, dont le syndicat UGT (Union générale des Travailleurs) et l’opérateur ferroviaire national, la RENFE. Sise à Pinto (Communauté de Madrid), l’entreprise Sepsa est un fournisseur de technologie pour le réseau ferré espagnol ainsi que l’un des responsables de son entretien et de sa maintenance.

Les conditions de l’offre de Medha sont jugées peu fiables par Grupo Digital, qui souligne qu’elle n’a pas été présentée en temps et en heure et comprend des risques pour Sepsa, puisqu’elle inclut notamment le licenciement de 80 employés de l’entreprise espagnole. De fait, la proposition de Medha et celle de Grupo Digital sont très différentes dans tous les domaines (continuité de la production, maintien des emplois, injection financière).

Source : https://www.elconfidencial.com/empresas/2019-06-18/renfe-ugt-albatros-medha-sepsa-kawasaki_2075575/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s