Plusieurs candidats à la députation à l’occasion des élections générales espagnoles du 28 avril 2019 – De gauche à droite : Irene Montero (Podemos), Aitor Esteban (Parti nationaliste basque), María Jesús Montero (Parti socialiste ouvrier espagnol), Cayetana Álvarez de Toledo (Parti populaire), Inés Arrimadas (Citoyens) et Gabriel Rufián (Gauche républicaine de Catalogne) – Photographie : RTVE et El País

À la suite des élections générales du dimanche 28 avril 2019, le Congrès des députés (chambre basse des Cortes, le Parlement espagnol) comptera plus d’élues féminines que jamais dans son histoire avec 164 femmes sur 350 sièges, soit 46,8 % au total. C’est la première fois que le seuil des 40 % est dépassé dans le domaine outre-Pyrénées. De fait, plusieurs partis respectent les lois sur la parité en vigueur dans leurs rangs : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), le Parti populaire (PP), Unidas Podemos, la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et la Coalition canarienne (CC).

C’est le PSOE qui est la formation avec le plus fort taux de féminisation de ses députés (avec 64 femmes sur 123 élus, soit 52 % environ), devant le PP (34 sur 66, soit approximativement 51 %). Unidas Podemos compte 20 élues sur ses 42 députés et Citoyens (C’s) 21 sur 57. Depuis 2007, la Loi sur l’Égalité (Ley de Igualdad) oblige les formations politiques à présenter des listes qui ne supposent pas un trop grand déséquilibre en candidats hommes et femmes (avec un décalage de 40 % à 60 % au pire).

Source : https://elpais.com/politica/2019/04/29/actualidad/1556554378_578393.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s