Un extrait d’une représentation de La Maison de Bernarda Alba au théâtre Vahdat de Téhéran, en Iran (photographie : El Mundo)

C’est dans une version traduite en farsi par l’un des plus célèbres poètes iraniens contemporains, Ahmad Shamlu (1925-2000), que la célèbre pièce de théâtre de l’écrivain espagnol Federico García Lorca (1898-1936) La Maison de Bernarda Alba triomphe actuellement en Iran, où elle est représentée à guichets fermés dans une mise en scène d’Ali Rafiei (né en 1938 à Ispahan), grande figure de la scène dans son pays.

Plus globalement, c’est toute l’œuvre de García Lorca (notamment son œuvre théâtrale), qui est très appréciée de la société iranienne. Dans un pays où la morale islamique est la base de la vie quotidienne et des institutions, l’honneur de la famille, la réclusion des femmes et l’importance donnée à l’apparence sont autant de thèmes exploités par l’écrivain andalou qui séduisent un public nombreux.

Source : https://www.elmundo.es/cultura/teatro/2019/01/04/5c2e50c5fc6c832e668b45ae.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s