L’hispaniste japonais Takashi Sasaki, photographié chez lui en 2017 (photographie : Gonzalo Robledo et El País)

Ce jeudi 20 novembre, l’hispaniste japonais Takashi Sasaki est décédé dans sa maison de Minamisoma, commune de la préfecture de Fukushima située non loin de la tristement célèbre centrale nucléaire de Daiichi, qui a connu un grave accident en 2011. Il avait 79 ans et avait refusé d’évacuer la zone, comme le demandait le gouvernement japonais, après l’accident, alors que Minamisoma était à moitié désertée et sans approvisionnement d’aucune sorte.

Né à Obihiro, dans le Nord du Japon, sur l’île d’Hokkaido, Takashi Sasaki a passé une partie de son enfance dans la région chinoise de Mandchourie, alors occupée par les troupes japonaises. Après avoir étudié dans une université jésuite de son pays d’origine, il a commencé à travailler sur le catholicisme et la philosophie espagnols. Il a réalisé un grand travail de vulgarisation à ce sujet, traduisant notamment en japonais de nombreux livres de Miguel de Unamuno (1864-1936), notamment Del sentimiento trágico de la vida (traduit en français sous le titre Le Sentiment tragique de la vie) et El Cristo de Velázquez (connu dans notre pays sous le titre Le Christ de Velázquez). Il avait aussi rédigé un ouvrage inédit sur ce penseur, Jonetsu no Tesugaku (littéralement, Philosophie de la passion).

Source : https://elpais.com/cultura/2018/12/26/actualidad/1545829149_224089.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s