atlas-explorer-kOTH--620x349@abc
La corvette Atrevida (littéralement, « Intrépide »), utilisée lors de l’exploration espagnole Malaspina (dessin : F. Brambila, Musée naval de Madrid et ABC)

C’est en ce mois de septembre 2018 qu’a été publiée une nouvelle version, corrigée et augmentée, de l’Atlas de los exploradores españoles (littéralement, Atlas des Explorateurs espagnols), conçu et édité par la Société géographique espagnole (SGE) et géré par la maison d’édition GeoPlaneta. Son objectif est de faire connaître la geste des très nombreux aventuriers et cartographes de notre voisin ibérique qui ont parcouru les mers et océans du monde entier à partir du XVe siècle.

Il s’agit également de remettre à leur place certaines affirmations fausses, puisque Gabriel de Castilla a exploré les eaux de l’océan Glacial Antarctique dès 1603, soit cent soixante ans avant le Britannique James Cook. De son côté, Pedro Páez a découvert les sources du Nil, en Afrique (Éthiopie, Ouganda, Kenya, Tanzanie), en 1618, deux siècles et demi avant un autre Britannique, John Hanning Speke. C’est à Francisco Vázquez de Coronado que l’on doit aussi la découverte du Grand Canyon (États-Unis d’Amérique) tandis que Cosme de Churruca, qui a combattu lors de la bataille de Trafalgar (1805), a été un éminent cartographe et que Hernando de Soto est le premier Européen à avoir vu le Mississippi (États-Unis d’Amérique).

Source : https://www.abc.es/cultura/cultural/abci-mapas-blanco-llenaron-espanoles-201809050216_noticia.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s