1521926709_862381_1521927423_noticia_normal_recorte1
Le pohutukawa (arbre originaire de Nouvelle-Zélande) le plus ancien d’Espagne, situé dans la cour du commissariat de la police locale de La Corogne, en Galice (photographie : Óscar Corral et El País)

C’est un petit fascicule distribué à 430 exemplaires dans les écoles et universités qui sèment le trouble en Nouvelle-Zélande et remet en cause toute l’histoire du pays : intitulé Nouvelle-Zélande, puzzle historique, il affirme que des conquistadors espagnols sont arrivés sur place à la recherche d’épices un siècle avant le Néerlandais Abel Tasman, qui a débarqué sur les côtes néo-zélandaises en 1642. Ce petit manuel n’est pas l’œuvre d’un Espagnol mais d’un Néo-Zélandais, Winston Cowie, né en 1982 et qui a étudié des traces documentaires dans la province de La Corogne, en Galice.

Ce chercheur veut que ses découvertes génèrent un vaste débat sur les origines actuelles du pays. D’ailleurs, il est déjà parvenu à faire inscrire son ouvrage dans la bibliographie historique de la Te Ara Encyclopedia of New Zealand, encyclopédie nationale. Winston Cowie estime en effet que des navigateurs espagnols et portugais ont probablement fait naufrage sur les côtes néo-zélandaises dès le XVIe siècle. Le texte en question a été traduit en espagnol par l’Agence à la Coopération internationale pour le Développement (AECID).

Source : https://politica.elpais.com/politica/2018/03/24/diario_de_espana/1521926709_862381.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s