LAVANGUARDIA_G_13253017859-kp0-U431465064104ieG-992x558@LaVanguardia-Web
De très jeunes enfants catalans qui agitent des drapeaux indépendantistes… sans bien avoir conscience de ce que cela signifie (photographie : Àlex Garcia et La Vanguardia)

Comme dans tout régime qui vire peu à peu à la dictature, la Généralité de Catalogne a recours depuis de nombreuses années (et plus encore ces derniers mois) à la jeunesse et même souvent à l’enfance pour défendre ses thèses séparatistes et ainsi manipuler des esprits plus fragiles que d’autres et encore en formation. J’ai déjà parlé sur ce blog du caractère discriminatoire du systèmes éducatif catalan tel qu’il s’est progressivement mis en place à partir des années 70 et des profondes inégalités entre élèves qu’il contribue à creuser (sans compter son état de déshérence financière alors que des centaines de millions d’euros sont englouties dans la folle course à l’indépendantisme). Mais voilà que les autorités séparatistes et leurs affidés ont franchi un nouveau pas puisque plusieurs établissements d’instruction secondaire ont demandé à des parents d’élèves d’autoriser leurs enfants à manquer les cours dispensés par leurs professeurs pour participer à des manifestations contre le gouvernement central espagnol et les décisions de la Cour constitutionnelle de notre voisin ibérique.

Le ministre espagnol de l’Éducation, de la Culture et du Sport, Íñigo Méndez de Vigo, qui est aussi le porte-parole du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, a déclaré le vendredi 22 septembre, à l’issue du Conseil des ministres, que le gouvernement avait décidé de mener son enquête afin de savoir quels étaient les responsables exacts de ces agissements. Attrapés dans le scandale qui consiste à retirer des enfants de leurs écoles (où ils sont censés acquérir un savoir structurant) pour les manipuler à des fins politiques, les centres scolaires concernés ont affirmé que ces autorisations écrites n’étaient pas de leur fait. De son côté, un Garde civil catalan, qui a témoigné sous couvert de l’anonymat auprès de la radio espagnol COPE, a expliqué qu’il avait désormais peur d’envoyer son propre enfant à l’école car il savait que bien d’autres élèves (embrigadés par leurs propres parents) et bien des adultes allaient les désigner comme de « mauvais Catalans » et les harceler.

L’on est loin de la « révolution des sourires » si pacifique que les indépendantistes prétendent mener…

Sources : http://www.lavanguardia.com/politica/20170922/431465064104/gobierno-investiga-permisos-escolares-ninos-manifestaciones.html?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_content=politica&utm_campaign=lv et http://www.cope.es/noticias/herrera-cope/permitire-que-senalen-hijo-colegio-cataluna-porque-quiera-referendum_158460

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s