maxresdefault
L’hôtel W vu depuis la plage de la Barceloneta, à Barcelone (photographie : Youtube)

Cela fait des années – plus précisément depuis 2012-2013, date à laquelle l’actuel processus séparatiste catalan a véritablement commencé – que le Parti populaire (PP) ou Citoyens défendent peu à peu l’idée de la création d’une communauté autonome nouvelle qui comprendrait Barcelone, actuelle capitale de la Catalogne, et son aire urbaine. Il faut dire que, depuis cette date, l’on remarque aussi que le poumon économique régional et sa grande banlieue ne suivent que très modérément le processus séparatiste enclenché par les autorités de la Généralité. La question se pose donc : et si la grande agglomération barcelonaise décidait de quitter le reste de la Catalogne ?

Cette interrogation est nourrie par un récent sondage publié par l’Institut des Études d’Opinion, qui montre qu’en cas d’organisation d’un référendum sécessionniste accepté aussi bien par la Généralité que par l’État central espagnol, seuls 32 % des habitants de l’aire urbaine de Barcelone voteraient « oui » à la séparation. 30 % des sondés désireraient par ailleurs quitter la Catalogne pour constituer une nouvelle communauté autonome au sein de l’Espagne, 28 % voteraient « non » à la séparation entre Catalogne et reste de l’Espagne et 6 % refuseraient l’indépendance, quelles qu’en soient les conditions – soit 64 % d’avis défavorables à la voie actuellement suivie par Carles Puigdemont, président de la Généralité, et ses soutiens. Plutôt comique lorsque l’on sait que le Val d’Aran est lui aussi décidé à ne pas se laisser embarquer dans cette aventure séparatiste.

Certains groupements de citoyens demandent désormais la constitution d’une communauté autonome nommée Tabarnia et qui regrouperait les zones les plus productives de Catalogne (aire urbaine de Barcelone et aire urbaine de Tarragone), là où le vote séparatiste est le moins fort. Alors, si l’Espagne est divisible aux yeux des indépendantistes et que ce qui compte le plus pour eux est la démocratie et le droit d’autodétermination, que répondront-ils face à ces citoyens demandeurs d’autonomie ? N’oublions pas non plus que, si l’on suit la rhétorique des « balances fiscales » constamment utilisée par la Généralité, l’aire urbaine barcelonaise est très déficitaire face à la Catalogne rurale…

Source : http://www.elmagacin.com/barcelona-apuesta-por-abandonar-cataluna-y-formar-su-propia-comunidad-autonoma/

3 réflexions sur “Et si l’aire urbaine de Barcelone ne suivait pas la Catalogne dans la voie de l’indépendantisme ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s