1501094843_300887_1501132372_noticia_normal_recorte1
Plusieurs des sculptures et œuvres d’art entreposées à la Casa de Campo dans l’attente de jours meilleurs (photographie : Jaime Villanueva et El País)

Immense parc public situé à l’Ouest de Madrid, la Casa de Campo (littéralement « Maison de Campagne ») est bordée à son extrémité orientale par le Manzanares, rivière qui traverse la capitale. C’est à ce niveau, au Nord du pont des Français, qui enjambe le cours d’eau, que se trouve une grande zone gérée par la mairie de Madrid et où sont entreposés des pavés, des blocs de granite, etc. Pourtant, parmi ces matériaux bruts, l’on peut aussi trouver plusieurs centaines d’œuvres d’art et de pièces historiques que la municipalité n’a jamais su mettre en valeur ni vraiment protéger. L’on peut par exemple y voir la version originale des statues de lions qui ornent aujourd’hui le grand escalier d’honneur du Congrès des députés, plusieurs arches médiévales du pont de Ségovie, du pont de Tolède ou du pont Saint-Isidore, des vestiges de l’ancien alcazar de la capitale ou de la muraille arabe de la ville, des grilles en fer forgées à l’époque de la Seconde République (1931-1939), etc.

Cet endroit, surnommé Maisonnette (Casilla) de la Casa de Campo ou Atelier de la Taille de Pierre (Taller de la Cantería), est tristement connu de l’association Madrid Citoyenneté et Patrimoine, qui a récemment alerté sur le caractère vulnérable de ces œuvres d’art. La mairie de Madrid, par le biais de son département au Développement urbain durable, a affirmé réfléchir à l’usage qui pourrait en être fait. Il faut dire que l’on trouve là, à la merci des épisodes climatiques, des chefs-d’œuvre comme une fontaine d’Éole, commandée en 1996 au sculpteur Manuel Ludeña par l’ancien maire de la capitale, José María Álvarez del Manzano (Parti populaire) ; un ensemble de sculptures de Santiago Costa Vasqué, réalisé en hommage à l’architecte Juan de Villanueva ; une sculpture de la juriste Concepción Arenal conçue par Pedro Muguruza et José María de Palma Burgos ; des œuvres de sculpteurs espagnols comme Eusebi Arnau, Antonio Bofill, José Campeny, Francisco Escudero, Pedro Estany, Agapito Vallmitjana, etc.

Source : https://elpais.com/ccaa/2017/07/26/madrid/1501094843_300887.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s