oriol-junqueras-y-carles-puigdemont
Le président de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont (à droite), en compagnie de son vice-président, Oriol Junqueras (photographie : Periodista Digital)

Bien qu’ils n’aient que le mot de démocratie à la bouche, les séparatistes catalans ont démontré à de nombreuses reprises que le pays indépendant qu’ils envisagent de créer a des allures franchement dictatoriales et fascisantes. Le président de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont, qui était en conférence à Madrid ce lundi 22 mai avec le concours du maire de la capitale, Manuela Carmena, a été reçu comme un roi par le secrétaire général de Podemos, Pablo Iglesias, qui ne semble pas s’émouvoir des dernières révélations faites par le quotidien El País et qui vont dans une direction encore plus inquiétante.

Oriol Junqueras, vice-président de la Généralité, est en effet en train de préparer un texte de loi totalement illégal visant à enclencher une indépendance de la Catalogne par la voie rapide suite au référendum que les autorités séparatistes veulent organiser cette année. L’objectif est ainsi de se passer de l’assentiment des forces non indépendantistes du Parlement régional (Parlament), de se contenter d’une éventuelle victoire très serrée et d’une participation ridicule mais aussi de faire assurer le dépouillement des bulletins par un Syndicat électoral de Catalogne totalement contrôlé par Barcelone. Par ailleurs, dans leur désir de construire une république bananière, les indépendantistes vont aussi répartir 70 % des espaces réservés dans les médias à la propagande électorale via les organes de la Généralité et donner la majorité de ces 70 % aux thèses favorables à l’indépendance.

Le Syndicat électoral de Catalogne sera une organisation d’autant plus inique et illégitime qu’il aura tout pouvoir pour donner des instructions aux médias publics ou privés sur la façon dont ils traitent la question du référendum. On se doute qu’il penchera évidemment plutôt d’un côté que de l’autre. Enfin, notons que le recensement électoral est sujet à caution puisqu’il s’appuie sur des listes indirectement invalidées par la Cour constitutionnelle espagnole. Or, le pouvoir catalan a déjà fait savoir que la mise en place de sa loi de transition vers une structure hypothétiquement indépendante annulerait toute décision de la Cour constitutionnelle, ce qui laisse donc la majorité des Catalans qui n’ont pas voté pour des partis indépendantistes aux dernières élections régionales de 2015 sans défense face à l’arbitraire d’un pouvoir de plus en plus tyrannique.

Source : http://ccaa.elpais.com/ccaa/2017/05/22/catalunya/1495481369_742162.html

Publicités

6 réflexions sur “La Généralité de Catalogne prépare une loi de « transition » qui implique notamment le contrôle des médias

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s