HEMI_portada-Proyecto-castor
Les installations de stockage gazier Castor, dans les eaux territoriales espagnoles (photographie : Econoticias)

Le 16 mai 2008, le gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero autorisait la création d’un vaste champ souterrain de stockage de gaz naturel dans les eaux territoriales espagnoles, en mer Méditerranée, au large de la commune de Vinaroz, dans la province de Castellón (Communauté de Valence). L’objectif était de constituer une cinquième réserve de gaz naturel (la plus grande d’Espagne) afin de faire face aux besoins en cas de pénurie ou d’arrêt brutal des importations. C’est en 2010, sous la responsabilité du ministre de l’Industrie, du Tourisme et du Commerce de l’époque, Miguel Sebastián, qu’ont commencé les opérations de stockage souterrain, dans ce qui était à l’époque le champ pétrolier abandonné d’Amposta. Entre septembre et octobre 2013, le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a été informé d’une série de petits séismes dans la zone, dont la cause a alors été imputée aux opérations de forage dans les fonds marins. Le stockage de gaz naturel a donc été arrêté pour une durée indéterminée puis, en juillet 2014, l’entreprise espagnole Enagás s’est vu confier la sécurisation de la zone.

Un rapport est alors commandé par le ministre de l’Industrie, de l’Énergie et du Tourisme, José Manuel Soria, à l’université de Harvard et à l’Institut de Technologie du Massachusetts (États-Unis d’Amérique) afin d’établir les risques en matière sismique, géologique et écologique du projet de stockage de gaz Castor. Ce rapport a été rendu public ce mercredi 3 mai au siège du Ministère de l’Énergie, du Tourisme et du Numérique, dont l’actuel titulaire est Álvaro Nadal, en présence de deux de ses auteurs (Rubén Juanes et John H. Shaw), du secrétaire d’État à l’Énergie, Daniel Navia, et du directeur du département des infrastructures d’Enagás, Claudio Rodríguez. Ses conclusions sont sans appel : ce sont bien les perforations du plancher marin liées au projet Castor qui ont provoqué les mouvements sismiques au niveau de la faille d’Amposta. Ce projet de stockage de gaz naturel connaît par conséquent un coup d’arrêt qui semble définitif.

Sources : http://cincodias.elpais.com/cincodias/2017/05/03/companias/1493805067_541430.html et http://www.lamoncloa.gob.es/serviciosdeprensa/notasprensa/minetur/Paginas/030517informecastor.aspx

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s