2012-09-28_PatoSevilla
Un train à grande vitesse espagnol (AVE) en gare de Séville-Sainte-Juste (photographie : Savh)

357 millions : c’est le nombre de passagers qui ont eu recours au service du train à grande vitesse espagnol (AVE, sigle signifiant à la fois « Grande Vitesse espagnole » et « Oiseau ») depuis la mise en service de sa première ligne, entre Madrid et Séville, il y a vingt-cinq ans. Le 14 avril 1992 circulait ainsi pour la première fois ce fleuron de la technologie ibérique, à l’occasion de l’Exposition universelle qui se déroulait la même année dans la capitale andalouse. L’introduction de ce nouveau mode de transport a permis à l’Espagne d’adapter son système ferroviaire à celui en vigueur dans le reste de l’Europe occidentale, notamment en termes de largeur de voie.

Vingt-sept provinces espagnoles représentant 67 % de la population du pays sont désormais desservies d’une façon ou d’une autre par la grande vitesse ferroviaire chez notre voisin pyrénéen. Une vraie réussite qui a aussi imposé de très lourds investissements dans l’un des pays les plus élevés d’Europe (derrière la Suisse et l’Autriche) mais qui a permis à ce véhicule de circuler à une vitesse moyenne de 222 kilomètres par heure, soit mieux qu’au Japon (218 kilomètres par heure) ou en France (216 kilomètres par heure).

Alors qu’un certain nombre de voies sont toujours en construction (notamment vers la Galice, le Pays basque, l’Estrémadure et la Région de Murcie), le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a annoncé un effort budgétaire supplémentaire de l’ordre de 500 millions d’euros afin d’acheter quinze nouvelles rames de train qui se déplaceront sur ce réseau spécifique. La réussite de l’AVE se traduit également par l’obtention d’importants contrats à l’étranger dans le domaine de la grande vitesse ferroviaire et, plus largement, dans le domaine du transport par train. Le projet le plus connu qui soit mené par un consortium ibérique est probablement celui du « TGV des pèlerins », entre La Mecque et Médine. Mais l’Espagne s’est aussi positionnée dans d’autres pays, comme la Turquie (AVE entre Istanbul et Ankara, en circulation depuis 2014) ou la Russie (train Talgo entre Moscou et Berlin, en circulation depuis 2016). L’Allemagne, la Belgique ou les États-Unis d’Amérique ont eux aussi récemment placé leur confiance dans des constructeurs espagnols.

Sources : http://www.abc.es/economia/abci-espana-exporta-alta-velocidad-mundo-201704210414_noticia.html, http://www.abc.es/espana/abci-rajoy-celebra-25-anos-defensa-cohesion-espana-juntos-somos-mejores-201704211210_noticia.html, http://www.abc.es/economia/abci-tren-cambio-espana-cumple-25-anos-201704202312_noticia.html et http://www.abc.es/economia/abci-modernizar-flota-trenes-permitira-ofrecer-nuevos-destinos-201704210415_noticia.html

Publicités

Une réflexion sur “La grande vitesse ferroviaire espagnole fête son quart de siècle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s