2017040413594043838
Le ministre espagnol des Finances et de la Fonction publique, Cristóbal Montoro (à gauche), accompagné de la présidente du Congrès des députés, Ana Pastor, lors de la présentation du projet de budget modifié pour 2017 (photographie : La Región)

Toujours en pleine négociation afin de trouver suffisamment de partenaires parlementaires pour qu’il puisse être adopté au Congrès des députés, le gouvernement espagnol, par l’entremise du ministre des Finances et de la Fonction publique, Cristóbal Montoro, a remis à la présidente du Congrès des députés, Ana Pastor, le projet de loi concernant le budget modifié du pays pour l’année 2017. Il s’agit en effet d’une adaptation du budget de 2016 automatiquement reconduit à un certain nombre de nouvelles contraintes venues de l’intérieur et de l’extérieur du pays (notamment des directives européennes) et non pas d’un budget totalement nouveau.

Outre les nouvelles mesures sociales prévues par le gouvernement de Mariano Rajoy, cette proposition de budget permet déjà de tirer quelques enseignements de l’année à venir en matière financière et économique. Il prévoit en effet des dépenses de 220 milliards d’euros environ pour des recettes de 200 milliards d’euros approximativement, soit la confirmation d’un certain déficit public. Ces recettes, toutefois, sont en augmentation sensible par rapport à l’année dernière (+3,1 %) et atteindront même un niveau record selon les prévisions gouvernementales.

Les deux principaux postes de dépense de ce budget seront le paiement des pensions de retraite (40,7 % des dépenses prévues) et le remboursement des intérêts de la dette (9,4 %, soit un peu moins qu’en 2016). Les prestations économiques, de leur côté, représenteront 3,9 % du total ; les services sociaux, 0,7 % ; l’aide à l’emploi, 1,6 % ; l’accès au logement, 0,1 % ; et l’administration de la Sécurité sociale, 1,2 %. Au total, l’ensemble des dépenses sociales du gouvernement représente 55,8 % des dépenses totales prévues. La santé publique atteindra, pour sa part, le taux de 1,2 % du total, contre 0,7 % à l’éducation ; 0,2 % pour la culture ; ou 4,9 % pour la sécurité intérieure, la défense, la justice et la politique étrangère.

Au sein des dépenses économiques, l’agriculture et la pêche atteignent 2,2 % du total ; l’industrie et l’énergie, 1,6 ; le tourisme et les PME, 0,3 % ; les subventions aux transports, 0,4 % ; les infrastructures, 1,6 ; et la recherche et le développement, 1,8 %. Le ministre des Finances et de la Fonction publique a par ailleurs annoncé que le Fonds de Réserve de la Sécurité sociale (qui permet de payer les pensions de retraite en cas de coup dur ou de manque de liquidités de la part de l’État) serait recapitalisé à hauteur de 15 milliards d’euros.

Ce budget va désormais devoir franchir l’obstacle du Parlement, où l’opposition lui réserve un accueil logiquement plutôt glacial.

Source : https://intereconomia.com/economia/macroeconomia/las-pensiones-alcanzan-los-407-euros-100-los-presupuestos-20170404-1213/

Publicités

4 réflexions sur “Quelques éléments sur le budget espagnol modifié de 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s