Ministerio_de_Asuntos_Exteriores-Politica_172494211_21408399_1706x960
L’actuel ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, Alfonso Dastis (à l’arrière-plan), lors de la passation de pouvoir avec son prédécesseur, José Manuel García-Margallo (photographie : EFE et El Español)

La revendication espagnole sur Gibraltar, petite langue de terre située dans le Sud de l’Andalousie, est régulière depuis des siècles et a connu un regain d’intensité ces dernières années, sous le gouvernement de Mariano Rajoy. Son ancien ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, José Manuel García-Margallo, avait à cet égard un discours très volontariste qui ne plaisait pas au président du gouvernement. Depuis son remplacement par Alfonso Dastis, et surtout depuis le Brexit (sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne), la stratégie adoptée par les autorités espagnoles a sensiblement changé. Ce changement a d’ailleurs connu une accélération ces derniers mois avec l’accroissement des contacts et la concertation entre le Parti populaire (PP), le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et Citoyens, notamment au niveau européen.

Le gouvernement espagnol veut en effet profiter du Brexit pour mettre la pression sur les responsables gibraltariens et sur le cabinet de Theresa May, premier ministre britannique. Au cours des derniers mois, le porte-parole du PSOE au Parlement européen, Ramón Jáuregui, a rencontré Alfonso Dastis à plusieurs reprises. Il s’est aussi entretenu avec le représentant espagnol auprès des institutions communautaires, Juan Pablo García-Berdoy, et avec le vice-président du Parti populaire européen, Esteban González Pons. De la même façon, le députée européen Javier Nart, élu du parti Citoyens, a été en contact à de nombreuses reprises avec le gouvernement espagnol. L’objectif final serait, pour Madrid, de négocier directement avec Londres une solution concernant Gibraltar qui pourrait passer par une rétrocession progressive ou, au moins, par une modification substantielle du statut de Gibraltar. Notons au passage que les Gibraltariens ont très majoritairement voté contre le Brexit et que la perspective d’une sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne n’enchante pas le gouvernement local, présidé par Fabian Picardo.

Source : http://politica.elpais.com/politica/2017/03/30/actualidad/1490893936_745182.html

Publicités

2 réflexions sur “L’Espagne adopte une nouvelle stratégie à l’égard de Gibraltar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s