4
Le rectorat de l’université privée CEU Saint-Paul, à Madrid (photographie : université CEU Saint-Paul)

Si le ralentissement de la croissance chinoise inquiète un monde déjà en panne économique, la Chine et l’Espagne connaissent ces dernières années un incroyable essor de leurs relations bilatérales, notamment dans le domaine des investissements directs. L’intérêt pour l’Espagne est récent au sein du monde financier chinois et ce sont désormais les universités privées espagnoles qui attirent son attention, notamment dans l’objectif d’obtenir des équivalents avec le système universitaire du géant asiatique.

En 2015, les investissements chinois totaux en Espagne ont augmenté de 125 % par rapport à l’année précédente et ont atteint près de deux milliards d’euros, bien que ces chiffres laissent l’Espagne très loin derrière d’autres pays européens comme l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie, les Pays-Bas ou la France. Ces investissements se sont d’abord concentrés dans certains secteurs de l’économie espagnole (industrie agroalimentaire, logistique, divertissement, santé privée, liens avec l’Amérique latine, etc.) Désormais, Pékin a aussi des domaines comme les énergies renouvelables ou le tourisme dans sa ligne de mire.

Les universités privées espagnoles sont très intéressées par cet afflux d’argent asiatique, de même que le gouvernement, étant donné que les étudiants chinois qui viendraient occuper les bancs espagnols repartiraient ensuite chez eux vanter la qualité du système universitaire ibérique. Il s’agirait aussi pour beaucoup d’entre eux d’enfants issus de familles riches. À l’heure actuelle, seul 1 % des étudiants chinois qui partent chaque année à l’étranger viennent en Espagne (soit 4 000 personnes).

Source : http://www.abc.es/economia/abci-capital-chino-fija-radar-sobre-universidades-privadas-espanolas-201702050205_noticia.html

Publicités

Une réflexion sur “La Chine veut investir dans les universités privées espagnoles

  1. Les chinois possédants, dans leur ensemble, sont des marchands de « biens », des négociants et spéculateurs, ils savent parfaitement, ce qui constitue une richesse à court terme. Dès lors leur attraction pour les universités espagnoles n’a rien d’étonnant, telles qu’on imagine volontiers, le niveau « culturel » et scientifique de l’Espagne. Cependant, on est en droit de s’inquiéter pour l’intégrité, à terme, de l’objet quelconque d’investissements chinois, vis à vis de l’extrême mobilité des capitaux, et du peu de considération que des investisseurs étrangers, en particulier, Asiatiques, peuvent avoir pour ces facultés, comme des vignobles français, des entreprises italiennes, ou des ports grecs !
    Cordialement

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s