spanish_fort_san_miguel_at_nootka_in_1793
Le fort Saint-Michel, bâti dans la baie de Nootka (photographie : Wikipedia)

L’apport de l’Espagne à l’histoire mondiale, et en particulier à celle du Nouveau Monde, continue d’être très mal connu par le grand public, notamment en France. C‘est le cas, par exemple, de la colonisation espagnole dans l’actuel Alaska, menée à partir du XVIIIe siècle pour contrer l’avancée russe dans la région. Certains toponymes de cet État américain en témoignent encore aujourd’hui, comme Valdez, terminus de l’oléoduc trans-Alaska. Le port a en effet été fondé en 1790 par le conquistador Salvador Fidalgo, né à La Seo de Urgel en 1756, sous le nom de Puerto Valdez y Cordova.

Cet exploit fait suite aux premières expéditions organisées par le vice-roi de Nouvelle-Espagne, Juan Antonio Bucareli, et menées à bien par Juan Pérez, autre explorateur originaire de Majorque. C’est ce conquistador qui fonde en 1774 la ville de San Lorenzo, à la limite méridionale de l’actuel Alaska, cité par la suite rebaptisée Nootka par le capitaine britannique James Cook. Entre 1775 et 1779, Juan Francisco de la Bodega y Cuadra atteint le 58ème parallèle nord puis, en 1795, Esteban José Martínez, explorateur né à Séville, crée le fort Saint-Michel. En 1794, toutefois, le roi Charles IV cède définitivement la zone aux conquérants anglais.

Source : http://www.larazon.es/cultura/el-olvidado-pasado-espanol-de-alaska-IB9210758

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s