Une signature inédite de Cervantes apparaît à Valence

Alors que l’année consacrée à Miguel de Cervantes, à l’occasion du quatrième centenaire de sa disparition, touche à sa fin, l’archiviste Jesús Villalmanzo a découvert dans les Archives du Royaume de Valence une nouvelle signature inédite et authentique du génial écrivain. Jusqu’à présent, seule une dizaine de signatures certifiées de l’écrivain nous était parvenue.

Cette signature est apposée au bas d’une déclaration judiciaire datée de 1581 et écrit en langue valencienne. Les réponses et affirmations de Cervantes sont naturellement formulées en espagnol avant qu’un officier de justice n’en fasse la traduction. Miguel de Cervantes réalise cette déclaration dans le cadre d’une sombre affaire de meurtre présumé qui se produit en 1580 : un jeune pêcheur de Majorque nommé Jeroni Planelles disparaît dans la ville de Valence. Les commerçants majorquins demandent alors pour défendre l’un des leurs le témoignage de l’auteur de Don Quichotte. En 1581, le jeune pêcheur réapparaît finalement et ses assassins supposés sont libérés.

Source : http://www.abc.es/cultura/libros/abci-aparece-valencia-firma-mas-antigua-cervantes-201612110113_noticia.html

Le premier Européen à avoir découvert les sources du Nil Bleu est espagnol

759_278_79478
Les eaux du lac Tana, où naît le Nil Bleu (photographie : Voyage Éthiopie)

Oublié durant des siècles, le nom de Pedro Páez connaît à partir de 2014 une nouvelle postérité avec la publication de son Histoire de l’Éthiopie, importante œuvre au contenu géographique et scientifique qui rend compte de ses explorations. Missionnaire jésuite né à Olmeda de las Fuentes, non loin de Madrid, en 1564, il est le premier Européen à consommer du café ainsi que le premier Occidental à être parvenu aux sources du Nil Bleu, le 21 avril 1613 – soit 152 ans avant l’Écossais James Bruce, qui était auparavant considéré comme son découvreur « officiel ».

Considéré dans le monde anglo-saxon comme une sorte de précurseur de Charles Darwin étant donné le contenu scientifique de son ouvrage, Pedro Páez commence par voyager à Goa, comptoir portugais des Indes, avant d’être capturé par les Arabes. Averti de sa captivité par l’excellent réseau d’espions dont disposait l’Espagne de l’époque, le roi Philippe II fait libérer l’ecclésiastique, qui décide de prêcher le catholicisme parmi les Abyssiniens. C’est dans l’actuelle Éthiopie qu’il fait la découvert des sources du Nil Bleu, qui conflue avec le Nil Blanc à Khartoum, dans l’actuel Soudan, pour former le Nil.

Source : http://www.abc.es/cultura/20140312/abci-pedro-paez-etiopia-nilo-201403122248.html

Airbus va construire un nouveau « campus » dans la banlieue de Madrid

airbus
L’intérieur de l’usine Airbus de Getafe, dans la Communauté de Madrid (photographie : Noticias para municipios)

C’est dans la banlieue méridionale de Madrid que la firme européenne d’aviation Airbus construira un nouveau complexe (ou « campus ») sur une superficie totale de 54 700 kilomètres carrés. Il accueillera dans la ville de Getafe plus de 1 600 postes de travail ainsi que divers services liés à ce géant industriel, depuis le département du management jusqu’à la cafétéria. Il s’agira de relier cet ensemble à l’usine d’un grand groupe, usine déjà installée légèrement plus au Nord du site choisi.

Le complexe, qui sera conçu par l’étude espagnole d’architectes Lamela, devra être bâti à partir du premier trimestre de l’année 2017. Il comportera de nombreux éléments architecturaux récupérés à partir de carcasses d’avions, comme les hublots.

Source : http://www.abc.es/espana/madrid/abci-airbus-abre-campus-getafe-201612110041_noticia.html

Un tableau périodique… de l’orthographe espagnole

ortografia-lenguaje-redes_sociales-castellano-aprendizaje-educacion-comunicacion-la_jungla_177744955_23200678_1706x960
La table périodique en question (image : Juan Romeu Fernández et El Español)

Reprendre le bon vieux tableau de classification périodique des éléments chimiques, avec ses symboles, pour en faire un tableau périodique de l’orthographe espagnole : c’est le pari original du linguiste Juan Romeu Fernández, qui s’est rapidement fait connaître sur Internet avec cette invention. Spécialiste des complications de la grammaire, d’orthographe et de la lexicographie de cette belle langue, il a rencontré un succès rapide avec plus de 3 500 partages sur Facebook en un seul weekend.

Il faut dire que si le projet est surprenant, il est aussi porté par le site sinfaltas.com, tenu par de jeunes linguistes, entrepreneurs, avocats, traducteurs, journalistes, informaticiens, etc., qui font tout leur possible pour maintenir un usage correct et approprié de l’espagnol, notamment concernant son orthographe.

Source : http://www.elespanol.com/social/20161212/177733069_0.html

Le dépeuplement du centre de l’Espagne

catedraldeburgodeosmavista01
La cathédrale Sainte-Marie-de-l’Assomption d’El Burgo de Osma, dans la province de Soria, en Castille-et-León (photographie : jdiezarnal)

Moins de dix habitants par kilomètre carré : c’est la densité de population de deux provinces espagnoles, celle de Teruel (Aragon) et celle de Soria (Castille-et-León). Un nombre à mettre en rapport avec les plus de 800 habitants au kilomètre carré de la Communauté de Madrid ou les 700 habitants au kilomètre carré de la province de Barcelone (Catalogne). Rien qu’en 2015, la province de Teruel a perdu plus de 1 400 habitants (1,06 % de sa population totale) tandis que celle de Soria en a perdu 908 (0,99 %). Ces chiffres sont suffisants pour faire de ces deux provinces des déserts démographiques au regard des critères établis par l’Institut national des Statistiques (INE). C’est vers cette catégorie que se rapproche aussi dangereusement la province de Cuenca (Castille-La Manche).

À l’autre bout du classement, ce sont les îles Baléares (+0,86 %) et la Communauté de Madrid (+0,75 %) qui ont gagné le plus de nouveaux habitants au cours de l’année 2015. Le déséquilibre est criant, bien entendu, et se pose la question cruciale de la lutte contre le dépeuplement de certaines zones principalement concentrées dans le centre de l’Espagne, d’autant que notre voisin devra prochainement affronter un hiver démographique aux proportions inquiétantes

Source : http://www.abc.es/espana/aragon/abci-teruel-y-soria-provincias-donde-humanos-especie-extincion-201612141008_noticia.html

L’Andalousie va inaugurer deux grands espaces artistiques

palacio_de_la_aduana-malaga-01-1800x0
Le palais de la Douane de Málaga, qui accueillera l’un des nouveaux musées andalous (photographie : Corredor N-340)

Cela faisait vingt ans que les collections artistiques de la ville de Málaga étaient promises à une future réunion dans un édifice adapté et rénové. Dispersées dans plusieurs entrepôts et peu exposées au public, elles avaient dû en effet céder le palais de Buenavista au musée Picasso, afin d’honorer l’un des plus célèbres enfants de la cité méditerranéenne. C’est le palais de la Douane qui les accueillera donc, en théorie avant la fin de cette année 2016, après avoir été réhabilité sous la direction des architectes Fernando Pardo Calvo, Bernardo García Tapias et Ángel Pérez Mora – tandis que la muséographie a été confiée à la firme Frade Arquitectos.

Sur un espace d’environ 3 000 mètres carrés et au sein de deux sections (beaux-arts et archéologie), les collections permanentes pourront enfin être admirées par le public en un seul et même lieu, tandis que les expositions temporaires bénéficieront d’un espace de 1 500 mètres carrés. Il s’agit pour la ville de montrer ses richesses au monde mais aussi d’évoquer son histoire millénaire, comme avec la Dame de la Forteresse (Dama de la Alcazaba), statue d’origine romaine.

Mais la ville de Cordoue devrait aussi être de la partie dans le programme culturel andalou de cette fin d’année ou du début d’année prochaine, puisqu’y sera inauguré le Centre de Création contemporaine (CCCA), dont la construction avait pris du retard avec la crise économique.

Source : http://www.abc.es/cultura/cultural/abci-renacer-museo-malaga-aduana-201612100034_noticia.html

Une unité de recherche espagnole progresse dans la compréhension des métastases

Si la médecine et la recherche médicale ont toujours été les points forts de la science espagnole, la découverte récemment réalisée par une unité de chercheurs espagnols de l’Institut de Recherche biomédicale de Barcelone devrait profondément modifier notre compréhension d’un mécanisme mortel : les métastases cancéreuses.

Cette découverte, faite sous la houlette de Salvador Aznar et publiée dans la prestigieuse revue britannique Nature, concerne notamment la protéine CD36, identifiée sur les cellules des métastases et qui semble jouer un rôle-clé dans leur prolifération. Il s’agit à l’origine d’une protéine chargée de transporter la graisse du corps humain. Des recherches complémentaires devront évidemment être menées afin de confirmer l’importance d’une telle protéine.

Source : http://elpais.com/elpais/2016/12/07/ciencia/1481109831_113259.html

Le futur supercalculateur espagnol MareNostrum 4

supercomputador-625x300
Le supercalculateur MareNostrum 3 de Barcelone, propriété de l’État espagnol (photographie : SECPhO)

C’est récemment que la secrétaire d’État espagnole à la Recherche, au Développement et à l’Innovation, Carmen Vela, a annoncé que l’actuel supercalculateur public, installé à Barcelone, au Centre national de Calcul (BSC-CNS), et nommé MareNostrum 3, serait prochainement remplacé par un ordinateur plus puissant, baptisé MareNostrum 4. La nouvelle machine devrait avoir une puissance de calcul de 13,7 pétaflops – soit un ordinateur 12,4 fois plus performant que l’actuel.

Le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de la Compétitivité a investi 34 millions d’euros dans ce projet dont la firme américaine IBM devrait se charger. Il s’insère dans un projet mené à bien par plusieurs pays européens (Espagne, France, Allemagne, Italie et Suisse) afin d’améliorer les systèmes de calculs à grande échelle et d’attirer des talents dans ce domaine.

Source : http://www.abc.es/ciencia/abci-sera-marenostrum-4-nuevo-supercomputador-espanol-201612072250_noticia.html

Les ruines romaines de Segóbriga, trésor de l’histoire espagnole

capture-decran-2016-12-08-a-08-18-59
Le site archéologique de Segóbriga (photographie : université Complutense)

Situé sur le territoire de la commune de Saelices, dans la province de Cuenca (Castille-La Manche), le site archéologique romain de Segóbriga est l’un des trésors historiques de Castille et de toute l’Espagne. Entouré d’un écrin de verdure, il offre aux visiteurs la possibilité de découvrir un amphithéâtre, un théâtre, une ancienne muraille, un forum, une basilique, plusieurs temples, des thermes, des canalisations qui servaient jadis à distribuer l’eau potable, une nécropole et les ruines de plusieurs maisons.

Avec environ 50 000 visiteurs par an, il s’agit d’un site dont la renommée pourrait être encore plus importante et c’est pourquoi la députation provinciale de Cuenca a mis en place de nombreuses activités didactiques et culturelles ainsi que des programmes de diffusion de ce patrimoine précieux.

Source : http://www.abc.es/viajar/destinos/espana/abci-segobriga-tesoro-romano-esta-mancha-201612051758_noticia.html

Une entreprise andalouse illumine de nombreux pays

falla-sueca-literato-azorc3adn-2-primer-tramo-calle-sueca-foto-b-guillc3a9n.jpeg
Les illuminations de Noël dans la ville de Cordoue (photographie : Luces de Navidad en tu ciudad)

L’entreprise familiale Ximénez, basée à Puente Genil, dans la province de Cordoue (Andalousie), triomphe dans le monde entier, et en particulier aux États-Unis d’Amérique, où elle fournit des millions d’ampoules pour une multinationale sise sur la Cinquième Avenue de New York. Il faut dire que cette commune aujourd’hui peuplée d’environ 30 000 âmes a été la deuxième à se doter d’un éclairage municipal électrique (après Barcelone), en 1888, sur l’impulsion de négociants dans le domaine de la farine. C’est par ailleurs en 1945 qu’un habitant de Puente Genil, Francisco Jiménez Carmona, a décidé de doter sa rue d’un éclairage spécifique pour les fêtes de fin d’année.

Avec 32 millions d’euros de chiffre d’affaires et 500 employés répartis dans différents pays européens, l’entreprise qu’il a fondée suite à ce petit événement vend aujourd’hui des ampoules à 40 villes des cinq continents, dont Las Vegas, Hong Kong ou Sofia.

Source : http://www.larioja.com/gente-estilo/201611/06/cordoba-ilumina-mundo-20161106005814-v.html?ns_campaign=rrss&ns_mchannel=boton&ns_fee=0&ns_source=fb&ns_linkname=gente-estilo