la-campa-del-aeropuerto-de-teruel-tiene-espacio-para-250-aeronaves
La Plateforme aéroportuaire de Teruel (photographie : El Confidencial)

La modeste ville de Teruel, capitale de province aragonaise peuplée d’environ 36 000 habitants, connaît depuis plusieurs années un engouement inédit de la part de l’industrie aéronautique espagnole. Cette dernière s’est emparée de la Plateforme aéroportuaire de Teruel (PLATA), gérée par le gouvernement régional et la municipalité, afin d’en faire un pôle économique de premier plan au niveau local et national. Que peut-il bien se passer à Teruel ?

En 2009, les institutions régionales et municipales font l’acquisition de l’aérodrome militaire de Caudé, abandonné par l’armée de l’air espagnole quelques années auparavant, et y investissent 45 millions d’euros. Il s’agit pour ces institutions de reconvertir cette infrastructure afin de lui offrir de nouvelles possibilités économiques. Ouverte en 2013, elle commence à générer des bénéfices dès 2015, notamment grâce à l’arrivée d’un premier client, Tarmac, filiale d’Airbus. Peu à peu, ce site, devenu une gigantesque casse d’aéronefs, a pu fournir jusqu’à 150 emplois directs aux Aragonais et stimuler l’économie de toute une communauté autonome.

Avec 242 jours d’ensoleillement par an et un climat globalement sec, la province de Teruel offre les conditions idéales pour pouvoir démonter et recycler les appareils tout en les préservant de l’oxydation. Par ailleurs, la PLATA propose des prix défiant la quasi totalité de la concurrence européenne et peut accueillir jusqu’à 225 avions sur ses 340 hectares de terrain. Désormais, ce sont des compagnies aériennes du monde entier qui choisissent Teruel pour stocker leur flotte ou bien encore réaliser des pauses techniques.

Mais les autorités locales veulent aller encore plus loin. Désormais, Teruel regarde vers les étoiles puisque la PLATA a été choisie par l’École nationale aéronautique française (ENAC) dans le cadre de ses simulations de vols suborbitaux. De son côté, la jeune pousse espagnole PLD Space y a installé une usine où elle conçoit des prototypes de moteurs à propulsion liquide pour l’agence spatiale allemande DLR. Enfin, en septembre 2016, la firme britannique Flying Time Aviation (FTA) y a implanté une école de pilotes de ligne et d’instructeurs de vol qui fonctionnent d’ores et déjà.

Source : http://marcaespana.es/actualidad/econom%C3%ADa/el-futuro-de-la-aviaci%C3%B3n-espa%C3%B1ola-pasa-por-teruel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s