C’est un paradoxe lorsque l’on sait que la présence des nationalistes et des régionalistes au Parlement central espagnol s’est réduite à la portion congrue dès 2015, mais il se pourrait bien qu’ils détiennent la clef du budget national pour l’année 2017, qui doit être amendé par Madrid. Le gouvernement de Mariano Rajoy doit en effet faire face à de nouvelles injonctions venues de Bruxelles pour réduire le déficit public espagnol et les coupes qui devront à nouveau être réalisées devraient être soutenues non seulement par le Parti populaire mais aussi par le parti Citoyens, par la Coalition canarienne, par l’Union du Peuple navarrais et par la formation Foro Asturias. Il manquerait alors à cette union de la droite et du centre dix députés afin de faire passer un budget auquel s’oppose par avance la gauche modérée ou « radicale ».

Il suffirait donc que les régionalistes de gauche de Nueva Canarias, aidés par le Parti nationaliste basque (PNV) et par les séparatistes catalans (Parti démocratique de Catalogne) s’abstiennent, même partiellement, afin de faciliter la modification du budget espagnol. Un comble lorsque l’on sait que certaines de ces formations (notamment celle de Carles Puigdemont et Artur Mas) ne cessent de fulminer contre un État central prétendument « tyrannique » et affichent leur volonté de se séparer du reste du pays. L’on n’ose imaginer quelles concessions ils pourraient obtenir de la part de la droite…

Source : http://www.elimparcial.es/noticia/171843/nacional/los-nacionalistas-claves-para-agilizar-el-tramite-presupuestario.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s