Si le débat sur le port d’armes et leur utilisation revient régulièrement dans l’actualité américaine, il est totalement absent des discussions politiques en Espagne. Outre-Pyrénées, c’est la Garde civile qui conserve et tient à jour le registre de l’Inspection centrale des Armes et Explosifs (ICAE) concernant les armes légalement possédées par les citoyens espagnols. Elle nous apprend notamment que c’est en Andalousie que l’on retrouve le plus de détenteurs d’armes légales (611 987 en tout), dont une majorité de carabines – ce qui semble logique puisqu’il s’agit de la communauté autonome la plus peuplée (près de 8,4 millions de personnes). À l’autre bout du classement, la ville autonome de Melilla (près de 85 000 habitants) ferme la marche avec 399 armes légales. Si l’on s’intéresse au taux de possession d’armes, ce sont toutefois l’Estrémadure, la Castille-La Manche, la Navarre et La Rioja qui arrivent en tête. Quant à la communauté autonome où sont enregistrés le plus de licences d’auto-défense, il s’agit de la Communauté de Madrid, où se trouve en effet le plus grand nombre de responsables publics susceptibles d’être menacés de mort.

Au-delà de quelques curiosités (comme le nombre d’arbalètes détenues légalement dans tout le pays), ce registre nous montre surtout que l’Espagne, qui est pourtant le septième exportateur d’armement au niveau mondial, est l’un des pays les moins armés d’Europe – elle occupe la 61e place sur un total de 178 pays recensés sur l’ensemble du globe. Avec un habitant sur dix équipé d’une arme enregistrée, notre voisin pyrénéen est donc en queue du classement européen, loin derrière les premiers pays (Finlande, Allemagne et France). Les Espagnols qui veulent posséder chez eux une arme reconnue par l’État doivent être titulaire d’un permis B (dit « d’autodéfense ») ou peuvent acheter une arme de tir sportif validée à la fois par la Garde civile et un club agréé. Par ailleurs, près de 80 % des armes enregistrées en Espagne sont des fusils de chasse, signe d’une spécialisation extrême de la détention d’arme. Notons enfin que seuls 8 000 civils peuvent légalement porter une arme dans la rue chez nos voisins.

L’Association nationale de l’Arme (ANARMA), qui regroupe outre-Pyrénées de nombreux détenteurs d’armes à feu, voudrait voir la législation espagnole, très dure en la matière, s’assouplir un peu et imiter le modèle tchèque. Dans ce pays, en effet, il est plus facilement possible de détenir une arme à feu pour sa propre défense après passage d’un examen national et avoir fourni à l’administration un certificat d’antécédents (notamment un extrait de casier judiciaire). Il est toutefois peu probable que la législation évolue prochainement en Espagne étant donné le caractère très pacifique des Espagnols, leur répugnance pour tout ce qui peut rappeler la violence et le refus de la part de la plupart des partis de changer la réglementation en la matière.

Source : http://ccaa.elpais.com/ccaa/2016/10/13/catalunya/1476375880_366037.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s