Les résultats du référendum britannique du 23 juin concernant la permanence du pays dans l’Union européenne font souffler un vent de panique sur tout le continent, y compris sur l’Espagne, qui est particulièrement touchée par le phénomène.

Les réactions du monde politique ne se sont pas fait attendre et trahissent une grande inquiétude concernant l’avenir des institutions européennes et, plus encore, des relations hispano-britanniques. Lors d’une conférence de presse au palais de La Moncloa, le président du gouvernement en fonction, Mariano Rajoy, a ainsi appelé au calme et à la sérénité, s’adressant notamment aux Espagnols qui résident et travaillent outre-Manche.

De son côté, le secrétaire général de Podemos, Pablo Iglesias, s’est dit attristé par le choix des Britanniques, affirmant que, dans une Europe sociale, une telle catastrophe ne se serait pas produite – il oubliait pourtant que ce sont malheureusement les libéraux qui étaient en pointe du Brexit. Il a demandé aux différents partis actuellement en campagne pour les élections générales de dimanche de ne pas instrumentaliser les résultats du référendum britannique.

Le président du parti Citoyens, Albert Rivera, a pour sa part déploré que « les conservateurs et les populistes » aient amené les Britanniques à choisir la voie de la sortie, pourtant salutaire. Il s’est ainsi posé en défenseur des centristes et des modérés.

Enfin, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération en fonction, José Manuel García-Margallo, tout en se lamentant de cette décision, a fait une déclaration forte : « Le drapeau espagnol est aujourd’hui beaucoup plus proche du Rocher de Gibraltar ».

Les marchés ont aussi accueilli la nouvelle avec une grande peur et le principal indice boursier espagnol, l’IBEX 35, connaît sa pire journée depuis sa création, avec des pertes allant jusqu’à 12 %. Ce sont particulièrement les valeurs liées au tourisme, au transport et à l’hôtellerie mais aussi au secteur bancaire qui sont touchées. Le consortium IAG, qui regroupe notamment les compagnies aériennes Iberia et British Airways, a ainsi chuté de plus de 23 % au plus fort de la journée.

Sources : http://www.lamoncloa.gob.es/presidente/actividades/Paginas/2016/240616rajoybrexit.aspx, http://www.abc.es/elecciones/elecciones-generales/abci-iglesias-pide-no-utilizar-brexit-para-ganar-punado-votos-201606241023_noticia.html, http://www.abc.es/espana/abci-rivera-sobre-brexit-conservadores-y-populistas-decantado-balanza-hacia-salida-201606241359_noticia.html, http://www.abc.es/espana/abci-margallo-bandera-espanola-esta-ahora-mucho-mas-cerca-penon-gibraltar-201606240953_noticia.html et http://www.elimparcial.es/noticia/166451/economia/Cataclismo-en-las-Bolsas-tras-confirmarse-el-Brexit.html

2 réflexions sur “Un vent de panique souffle sur l’Espagne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s