En juin 2015, Pablo Iglesias, secrétaire général de Podemos, se rendait aux États-Unis d’Amérique, où il a accordé plusieurs interviews à la presse locale.

Dans le Wall Street Journal, en date du 18 juin 2015, le dirigeant politique déclarait ainsi à David Román et Matt Moffett : « J’accepte le fait que l’euro est inéluctable et pars du principe que l’Union européenne, malgré les insuffisances de ses institutions et son déficit démocratique, est l’espace politique le moins mauvais possible. »

Dans la revue Market Watch, en date du 22 juin 2015, la journaliste Barbara Kollmeyer l’interrogeait sur ses intentions en cas de victoire aux élections générales espagnoles, notamment vis-à-vis des marchés financiers. Voici la traduction de la réponse de Pablo Iglesias : « Je crois qu’ils [les marchés] devraient être tranquilles car nous comprenons qu’il n’y a pas d’alternative réelle à l’économie de marché. Nous pensons simplement que la consommation est trop faible. Les gens ont besoins d’obéir et de payer leurs impôts. »

Difficile de faire plus limpide dans le soutien à des structures antinationales, antisociales et clairement défavorables aux travailleurs.

Sources : http://www.wsj.com/articles/leader-of-surging-spanish-leftist-party-warns-eu-of-shift-against-austerity-1434629314 et http://www.marketwatch.com/story/5-questions-for-pablo-iglesias-leader-of-spains-antiausterity-party-2015-06-19?page=2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s