Fachada-del-Palacio-de-San-Telmo
Le palais Saint-Elme, situé à Séville, est le siège de la présidence de la Junte d’Andalousie (photographie : Rutas y mapas)

La période qui s’étend de 1980 à 2007 était déjà marquée en Espagne par des différentiels économiques sensibles entre les communautés autonomes dans de nombreux domaines : taux de croissance, taux de chômage, productivité, richesse par habitant, etc. L’Aragon, la Catalogne, La Rioja, la Communauté de Madrid, le Pays basque et la Navarre représentaient ainsi les régions les plus dynamiques et les moins touchées par les problèmes socio-économiques, à l’inverse de certaines zones comme le Levant (Communauté de Valence, Baléares, Région de Murcie) ou le grand Sud (Andalousie, Estrémadure, Canaries, Ceuta, Melilla).

La crise de 2008 a puissamment contribué à amplifier cette disparité régionale, avec une brèche patente entre Nord et Sud du pays. Au plus fort des turbulences économiques, en 2013, le Pays basque affichait ainsi un taux de chômage de 15 % de la population active, contre 36 % pour l’Andalousie, soit un écart de 21 points !

La distance s’est légèrement réduite à la faveur de la reprise entamée en 2014, avec un écart actuel de 17 % (29 % en Andalousie et 12 % au Pays basque). Globalement, toutes les régions situées au Nord de Madrid enregistrent un taux de chômage inférieur à 20 %, contrairement à celles situées au Sud.

Cette frontière est aussi visible en matière de richesse par habitant, puisque la Communauté de Madrid et le Pays basque, qui mènent le classement espagnol en la matière, dépassent les 30 000 par tête, là où l’Estrémadure (16 166 euros) et l’Andalousie (17 263 euros) ferment la marche.

Le constat est amer pour les communautés autonomes les plus en retard et qui auraient pu espérer enfin converger avec leurs voisines septentrionales lors de l’expansion des années 1997-2007. La reprise économique ne le permet pas, de toute évidence.

Les dernières années ont en tout cas été marquées par la montée en puissance de l’aire urbaine madrilène, qui semble avoir pris le relai de la Catalogne comme locomotive économique du pays.

Sources : http://www.abc.es/economia/abci-brecha-espana-velocidades-agiganta-201606050136_noticia.html et http://www.abc.es/economia/abci-crisis-y-convergencia-201606051251_noticia.html

Publicités

2 réflexions sur “La crise a creusé la brèche entre les régions espagnoles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s