Le 16 janvier 2015, l’OTAN déclassifiait et rendait accessibles sur Internet plus de 23 000 documents qui avaient été secrets en leur temps, le tout dans une relative indifférence.

Une école privée supérieure de Valence, GBN Gobernatia, spécialisée dans la formation des décideurs politiques et économiques, s’est toutefois intéressée, à travers son blog, à ces documents rendus publics. Elle a notamment analysé l’un d’entre eux, qui prône ouvertement la création d’un festival de musique de l’Atlantique nord.

Cette analyse a par la suite été reprise sur le blog « Por tierra, mar y aire » (littéralement, « Sur terre, en mer et dans les airs »), spécialisé dans les questions de défense et de géostratégie et tenu par Esteban Villarejo sur le site du journal ABC, troisième plus important quotidien d’information en Espagne.

C’est la victoire de l’Ukraine avec le titre 1944 (dont les paroles font clairement référence à la déportation des Tatars de Crimée par Staline) qui a ravivé l’intérêt pour les liens entre le festival de l’Eurovision et la géopolitique.

 

Massiel-lalala
María Félix de los Ángeles Santamaría Espinosa, dite « Massiel », vainqueur du concours Eurovision de la chanson pour l’Espagne en 1968 avec le titre La, la, la

 

Que nous dit cette analyse à propos du document déclassifié de l’OTAN ?

Il s’avère que le 28 janvier 1955, au palais de Chaillot, à Paris, les responsables du Comité de Culture et d’Information publique de l’OTAN se sont réunis avec le directeur de la Radiodiffusion-Télévision française afin de lui soumettre un projet dans lequel la BBC était déjà partie prenante : la création d’un festival de musique européen baptisé Eurovision.

Le 30 novembre 1955, une nouvelle réunion du même type au palais de Chaillot se proposait cette fois-ci de créer un festival musical de l’Alliance atlantique. Le compte-rendu de cette réunion prévoyait la tenue de la première édition de ce festival pour le mois d’avril 1956.

Le 12 février 1956, une troisième réunion prévoit alors d’utiliser le réseau de télévision et de radiodiffusion paneuropéen imaginé quelques années auparavant mais établit également que de douze à quatorze titres pourront être interprétés lors d’un tel festival.

Le festival de l’Eurovision réalise finalement sa première édition en mai 1956 et sert alors clairement les intérêts de l’OTAN et des États-Unis d’Amérique en réunissant, en Europe occidentale, des millions de téléspectateurs autour de 14 titres – un merveilleux outil de propagande par la culture, tout comme aujourd’hui, avec la victoire de l’Ukraine.

Sources : http://gobernatia.com/el-festival-de-eurovision-la-mas-importante-herramienta-de-comunicacion-creada-por-la-otan-en-la-guerra-fria/, http://abcblogs.abc.es/tierra-mar-aire/public/post/otan-festival-eurovision-19795.asp/, http://archives.nato.int/uploads/r/null/1/6/16100/AC_52-D_143_ENG.pdf et http://archives.nato.int/uploads/r/null/1/6/16291/AC_52-D_159_ENG.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s